©Shutterstock

Le mystère des bols tibétains

Depuis des millénaires, la percussion et la résonance d’un simple récipient accompagne le chercheur spirituel sur son chemin. Pourquoi les bols tibétains produisent un son si troublant ? D’où vient leur pouvoir ?

La rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris a appelé à elle l’Himalaya. On y trouve un restaurant, une boutique tibétaine, Au pays des neiges, et Om Kashi, une galerie d’art bouddhiste. C’est en m’y promenant un jour avec mes fils que j’ai découvert les bols tibétains. Dans le magasin Au pays des neiges, une jeune femme jouait sur l’un d’entre eux, assez petit, qui donnait un son aigu. Après l’avoir frappé un coup, elle a passé un bâton de bois autour de sa circonférence pour que la vibration emplisse la pièce. Plus elle tournait, plus le son montait en puissance. Cela devenait si troublant que je lui ai demandé de s’arrêter. Elle m’a proposé d’essayer. Au bout de deux tours, le son s’est éteint. Mon fils aîné de six ans a expérimenté à son tour ce nouvel instrument de musique. Le son a tenu. La Tibétaine m’a alors expliqué qu’il fallait être centré pour la vibration s’élance, que les enfants l’étaient plus facilement que les adultes. Très fier, mon fils m’a demandé de lui offrir notre nouvelle découverte. Depuis, je réveille mes enfants tous les matins au son de ce bol si pur qu’il semble appeler les anges pour le jour naissant.

Réveil en harmonie

Nous nous contentions de cette magie matinale jusqu’au jour où je repère dans la galerie Om Kashi un bol tibétain beaucoup plus grand, dont le son est d’une gravité déconcertante. La vibration est si belle et profonde que ma tête tourne. Je demande alors à Régis Bellamich, le directeur de la galerie, pourquoi son effet est si immédiat. Son prédécesseur étant le premier à avoir introduit les bols tibétains en France en 1968 ; il est heureux de m’ouvrir aux mystères des bols chantants et m’explique que plus ils sont grands, plus leur sonorité est grave. Elle dépend du poids, de la profondeur et du diamètre. Chaque bol a une dominante, mais il contient toutes les fréquences en lui. Il résonne donc en nous à un niveau très subtil.

Intarissable sur le sujet, il m’apprend qu’autrefois les premiers bols venaient d’Orissa, au centre de l’Inde. Mais qu’aujourd’hui ils proviennent essentiellement du Népal, de l’Inde et du Tibet. À l’origine, ils étaient des bols de soupe, mais des shamans ayant réalisé qu’ils avaient une vibration particulière, ils les utilisèrent d’abord chez les Bön (une religion tibétaine préexistant au bouddhisme) pour leurs rituels. C’est ainsi qu’on les retrouve par la suite dans le bouddhisme tibétain.

Une fabrication transmise secrètement de génération en génération

Les bols sont confectionnés de manière traditionnelle dans un alliage composé de sept métaux. Avant d’être travaillée, cette combinaison, dont les proportions exactes sont gardées secrètes, est exposée trois nuits à la pleine lune afin qu’ils en prennent l’énergie. Les vibrations émanant du bol se composent d’un son de base (une note) et de fréquences harmoniques qui centrent naturellement la personne.  Par le son, tout le monde se met à l’unisson.

Je m’empare du bol et découvre les marques du martèlement, signe qu’il est authentique et façonné à la main. Désormais de nombreux bols en laiton doré industriel courent les rues en Inde et ailleurs. Néanmoins, seuls les bols martelés peuvent déclencher cette émotion unique à chacun.

L’expérience prouve que les sons peuvent équilibrer les deux hémisphères cérébraux et nettoyer et revitaliser l’énergie du corps jusqu’au niveau cellulaire.

Régis Bellamich fait couler de l’eau dans le bol, le frappe, puis le frotte à l’extérieur avec une baguette. Nous voyons alors l’eau frémir de plus en plus fort. Ce phénomène explique la résonance de ces sons sur les liquides du corps : le sang, la lymphe et l’eau. Quand on joue du bol tibétain, il y a des sons qu’on n’entend pas, mais qui créent des vibrations comme des ultrasons.  Régis ajoute que les sept métaux qui composent le bol impacteraient aussi les sept chakras. Les sept métaux représentent les sept astres du système solaire : l’Or (soleil) Sahasrara. Chakra coronal/L’argent (Lune) Ajna. Chakra du troisième œil/Le mercure (mercure)Vishuda. Chakra de la gorge/Le cuivre (Vénus) Anahata, shakra du cœur/Le fer (Mars) Manipura. Chakra du plexus solaire/L’étain (Jupiter) Swadhistana. Chakra sacré/Le plomb (Saturne). Muladhara Chakra du périnée. Pour les Tibétains, le chant du bol nous met spontanément au diapason de l’univers.

Ainsi le bol chantant a deux fonctions essentielles. On utilise d’abord sa percussion pour marquer le début et la fin d’une méditation. Grâce à la vibration, l’être s’harmonise en effet plus facilement au son qu’il entend. Il est aussi parfois employé à des fins thérapeutiques. Même en Occident, on trouve de nombreuses thérapies par le son, comme la méthode Tomatis. En fonction des fréquences émises, des zones du corps sont ainsi apaisées. En Inde, un thérapeute reconnu par le Dalaï-Lama donne des soins avec des bols tibétains au Monkey Temple, situé juste au-dessus de Katmandou. Il réajuste et harmonise les énergies et les chakras des patients avec des bols tibétains différents. L’expérience prouve que les sons peuvent équilibrer les deux hémisphères cérébraux et nettoyer et revitaliser l’énergie du corps jusqu’au niveau cellulaire.

Régis Belamich fait résonner une dernière fois le bol. L’air vibre avec lui. Je quitte la galerie désarçonnée par la puissance de ces sons millénaires qui mènent au grand silence.

Blanche de Richemont Philosophe de formation, voyageuse infatigable, journaliste, écrivain et conférencière, Blanche de Richemont est notamment l’auteur d’Éloge du désert et Éloge du désir (Point Seuil, 2016), Le souffle du Lire +

Pour aller plus loin

Adresses :

Om Kashi la lucarne
7, rue de la Montagne Sainte-Geneviève 75005 Paris

Au pays des neiges
20, rue de la Montagne Sainte-Geneviève 75005 Paris

Site spécialisé :

www.bol-chantant.fr

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Méditasoins. Petites méditations pour grands maux de l’enfant : Professeur Tu-Anh Tran

Ce manuel de soins par la méditation présente vingt cas cliniques et quatorze méditations simples permettant aux enfants de...

Himalaya-Népal. Ermitages en Pays Sherpa de Yann Rollo van de Vyver et Jigmé Thrinlé Gyatso

L’aventure commence en 2010 dans le réfectoire d’un monastère, sur les hauteurs de Katmandou. Le photographe Yann Rollo van...

Dzogchen et Tantra : Chögyal Namkhai Norbu

« Les enseignements Dzogchen sont l’essence de tous les enseignements tibétains, si directs qu’ils furent toujours...