Festival du Tibet et des Peuples de l’Himalaya 

Directeur de la Maison du Tibet à Paris, Jigme Dorji nous ouvre les portes de la 19e édition de ce festival qui tutoie les sommets et qui se déroulera du 14 au 16 juin au Lac Daumesnil, dans le bois de Vincennes.

Comment est né ce festival ?

Ce festival a été lancé en 1999, dans le but de sensibiliser l’opinion publique à la disparition progressive de la culture tibétaine, mais aussi dans le but de récolter des fonds pour financer la Maison du Tibet (1), créée en 1991 par le Dalaï-Lama. Nous nous sommes vite rendus compte que ce festival était très suivi. A chaque édition, selon la météo et la qualité du programme, nous accueillons en moyenne entre 5000 et 7000 spectateurs durant le week-end. Cette fréquentation nous permet d’atteindre notre but, à savoir promouvoir et préserver notre culture.

La culture tibétaine est menacée de disparaître au Tibet même. Pouvez-vous développer ?

Pour commencer, il faut rappeler que les enseignements du bouddhisme, notamment les notions de paix et de non-violence sont fortement ancrés dans la tradition populaire. Or, depuis des décennies, les Tibétains subissent les exactions du gouvernement chinois qui leur refuse, entre autres interdictions, de parler leur propre langue. Dans certaines régions, les moines n’ont pas le droit non plus de pratiquer leur spiritualité.

La situation est très compliquée : la position des autorités tibétaines en exil à Dharamsala, en Inde, est de dire qu’il faut continuer à travailler avec Pékin pour trouver une solution commune à ce problème. Or, actuellement, les autorités chinoises refusent au Dalaï-Lama toute possibilité d’en discuter. Il incombe donc à la diaspora tibétaine de tout mettre en œuvre pour que cette culture ne disparaisse pas.

Comment définir la culture du Toit du monde ?

Je crois qu’on peut la résumer en montrant l’importance qui est donnée aux valeurs et qualités humaines telle que la compassion, la bienveillance, la générosité, l’altruisme, mais aussi la place de l’humanisme, l’éthique, l’éducation, le soin que l’on prend de chaque être vivant et le fait que cette culture concerne tous les êtres humains, non uniquement les peuples de l’Himalaya, c’est une valeur universelle qui transcende les particularités culturelles. La bonté est la fondation essentielle de la philosophie du Dalaï-Lama.

Quelle est la particularité de cette 19e édition ? 

Cette année, nous mettons l’accent sur l’identité culturelle du Tibet à travers les trois engagements principaux de Sa Sainteté le Dalaï-Lama : le premier concerne la protection de la tradition bouddhiste (paix, non-violence, défense de l’environnement naturel de l’Himalaya) ; le deuxième évoque le dialogue nécessaire entre les grandes religions du monde et les traditions spirituelles ; le dernier porte sur les valeurs universelles qui constituent ce que l’on appelle l’éthique séculaire.

« Ce festival est celui du lien humain. »

Durant tout le week-end, nous proposerons donc des conférences sur ces thématiques et des ateliers pratiques sur le yoga et la méditation, afin que les gens puissent découvrir ces notions de manière ludique, corporelle, et pas seulement non à travers des discours abstraits.

Le festival s’ouvre le 14 juin par la soirée Free Tibet, avec des concerts de musiques actuelles, non traditionnelles. Pourquoi ce choix ?

Nous trouvions intéressant de nous adresser aux jeunes générations à travers les groupes qu’ils écoutent, indépendamment de leurs origines. Les artistes ont répondu immédiatement présents. Ils sont sensibilisés à la cause tibétaine, notamment la tête d’affiche Highlight Tribe qui côtoie la diaspora tibétaine et défend ses valeurs. Le reste du week-end, les spectateurs pourront admirer des danses et des chants traditionnels de la troupe de la Communauté tibétaine de France, entre autres animations.

Quelle est la place du bouddhisme dans cet événement ? 

Pour les plus initiés, nous avons invité le spécialiste du bouddhisme Philippe Cornu qui animera, le dimanche (15h à 16h30), un atelier sur « La mort et les bardos, miroir de la vie » puis le Vénérable Guéshé Tendhar qui donnera ensuite (16h40 à 18h) une conférence intitulé « La pratique de la méditation et Semjong – entraînement de l’esprit ».

Un moment fort de ce week-end ?

Je crois que c’est avant tout l’ambiance de ce festival, son côté authentique et son approche conviviale, ludique. Le grand public se mêle aux tibétains, toutes les générations se retrouvent, beaucoup viennent en famille…. L’état d’esprit est jovial, bon enfant, à l’image des fameuses rondes tibétaines qui réunissent chaque année les spectateurs. Ce festival est celui du lien humain

Jigme Dorji
©DR

Notes

(1) La Maison du Tibet est un centre culturel sous la tutelle du Bureau du Tibet.

Pour aller plus loin

Festival du Tibet et des Peuples de l’Himalaya : www.festivalcultureldutibet.com

Demandez le programme !

Plus qu’un simple événement festif, un devoir de mémoire. Depuis le début de l’invasion militaire du Tibet par les troupes chinoises en octobre 1950, Pékin n’a cessé d’imposer un processus d’assimilation forcée, détruisant peu à peu la culture tibétaine. Ainsi, dans la région autonome, l’enseignement est en chinois à partir du collège et le tibétain interdit dans l’administration. Drapeaux tibétains et photos du Dalaï-Lama prohibés, moines interdits de pratiquer et d’enseigner dans la langue locale, cours d’éducation patriotique imposés dans les monastères… En 2011, le Dalaï-Lama évoquait un « génocide culturel » au Tibet.

C’est pour faire en sorte que personne n’oublie cette sombre réalité que la Maison du Tibet organise chaque année une véritable immersion dans la culture du Toit du monde (Tibet, Népal, Bhoutan, Inde). Comme le rappelle Jigme Dorji, « ce festival n’est pas un événement politique, mais un rendez-vous essentiellement culturel ». Lui qui a été recueilli en Inde après l’invasion chinoise de 1959 et qui a été l’un des vingt Tibétains à qui de Gaulle offrit une terre d’accueil, ne tient pas à mélanger les genres. Faire la fête pour faire bouger les lignes, tel est le credo de ce festival qui prend et donne de la hauteur.

Ouverture du bal le vendredi 14 juin (dès 19h) au lac Daumesnil du bois de Vincennes avec la soirée musicale « Free Tibet ». Cinq groupes seront à l’affiche : Watt The Fox, Tekemat, Zalem Delarbre, suivis de Highlight Tribe pour un feu d’artifice « natural trance », soit une ronde hypnotique d’instruments acoustiques, comme le didgeridoo, et de machines électroniques. Les samedi et dimanche (dès 11h30), place aux diverses expositions, conférences, stands d’artisanat d’art et de produits éthiques, et aux nombreuses animations : danses et chants populaires du Tibet par la troupe de la Communauté Tibétaine de France ; danses monastiques Tcham exécutées par des moines, considérées comme une bénédiction et un enseignement ; initiation aux pas de Bollywood pour tout âge, mais aussi cours de yoga et de méditation. Au total, trois jours d’échanges et de partage autour des traditions ancestrales de l’Himalaya.

B.M.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Peux-tu m’apprendre à regarder ?

Poésie Zen et contemplation du monde.

Jardiner Bio de Pic

Et si vous deveniez un géant du vert ? Non un clone de l’Hulk de l’industrie agroalimentaire, mais un héraut de la...

Les 12 sagesses des animaux. S’inspirer des animaux pour vivre mieux de Yolaine de la Bigne

Dans son dernier livre, Les 12 sagesses des animaux, la journaliste Yolaine de la Bigne nous livre la quintessence d’un savoir...