©Shutterstock

Les deux poissons d’avril

Il est sorti au mois d'avril deux poissons, ou plutôt deux livres sur le « poisson rouge » : l'un intitulé Le paradoxe du poisson rouge d’Hesna Cailliau (J'ai lu, Poche, réédition de l'édition 2015), l'autre La civilisation du poisson rouge - Petit traité sur le marché de l'attention de Bruno Patino (Grasset).

Le premier poisson est la carpe koï, vénérée depuis toujours par les Chinois, car elle représente la sagesse, alliant sérénité, souplesse et efficacité, avec ses huit vertus inspirées du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme : « Ne se fixer à aucun port, ne viser aucun but, vivre dans l’instant présent, ignorer la ligne droite, se mouvoir avec aisance dans l’incertitude, vivre en réseau, rester calme et serein, remonter à la source. » On ne peut s’empêcher de découvrir avec ravissement ce concentré de sagesse orientale, dont l’auteure, diplômée de Sciences Po et sociologue, conseille de nous inspirer « à la fois pour notre développement personnel et notre efficience en affaires. »

Le deuxième poisson est le poisson rouge dans son bocal, et dont l’attention ne peut excéder, d’après les calculs de Google, huit secondes. Or la durée d’attention de la génération des jeunes d’aujourd’hui, qui a grandi avec les écrans connectés, n’est guère que de neuf secondes ! « Nous sommes donc, dit Bruno Patino, spécialiste des médias et des questions numériques, devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés. » Enfants, jeunes, adultes, que ce soit au bureau, à la maison, ou dans la rue, nous sommes tous sur le chemin de l’addiction avec nos tablettes et nos smartphones, qui captent notre attention des centaines de fois par jour, et qui nous conduisent à un zapping permanent, frénétique et irrépressible. Cette servitude numérique servirait une nouvelle mutation de l’économie consumériste : l’économie de l’attention. « Il s’agit, explique l’auteur, d’augmenter la productivité du temps pour en extraire encore plus de valeur. »

Ce qui est grave, c’est que cette manipulation de l’attention risque de perturber la réflexion, ne plus distinguer les bonnes des mauvaises informations, et au final faire perdre les repères, les valeurs. Associés au développement de l’intelligence artificielle, l’esclavage et l’abêtissement numérico-économique risquent de se révéler encore plus implacables à l’avenir.

Devant ce constat alarmant, annonçant une catastrophe imminente pour « l’homme connecté », que pouvons-nous faire ? Pas grand-chose, sinon en faire prendre conscience à un maximum de gens, et en particulier aux jeunes, les plus vulnérables. Et revenir absolument à l’enseignement de base du bouddhisme : cultiver autant que possible samma-sati, l’attention juste qui est l’un des huit chemins de la délivrance, et qui est à la base de la méditation mindfulness, de pleine conscience.

Vivre en pleine conscience est plus que jamais d’actualité, afin que nous ne soyons plus comme un poisson rouge dans un bocal… On peut aussi poser la question à Hesna Cailliau : croyez-vous que les Chinois resteront toujours comme des carpes koï tranquilles, ou bien qu’avec l’expansion économique et l’accélération du numérique, ils finiront aussi par muter en poissons rouges agités ?

Dinh Hy Trinh Membre du Conseil d’administration de la pagode Truc Lâm de Villebon-sur-Yvette, chargé de la philosophie bouddhiste, ce médecin retraité spécialisé en gastro-entérologie, soigne le corps et l’esprit sans autre ordonnance Lire +

Pour aller plus loin

• Le paradoxe du poisson rouge d’Hesna Cailliau (J’ai lu, Poche, réédition de l’édition 2015)
• La civilisation du poisson rouge – Petit traité sur le marché de l’attention de Bruno Patino (Grasset)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Bangladesh : la tolérance confessionnelle en danger

Tour d’horizon d’un pays autrefois réputé pour son ouverture religieuse et devenu aujourd’hui une véritable poudrière.

Bouddha, le héros de l’Éveil

Retour sur une « affaire religieuse » qui a secoué la Thaïlande.

Pourquoi moins manger de viande selon le bouddhisme ?

Et si nous considérions les animaux comme nos semblables plutôt que comme des denrées alimentaires ?