©Patricia de Solages

Caroline Lesire :
méditante et activiste

Instructrice de pleine conscience et coordinatrice de l’association Emergences, Caroline Lesire est une activiste belge à l’enthousiasme contagieux.

Son sourire est rayonnant et son énergie communicative. Caroline Lesire se définit volontiers, à qui lui demande de se présenter, comme une citoyenne du monde, activiste, méditante et… maman d’une petite fille.

C’est à l’âge de 17 ans, lors d’un voyage en Amérique latine, qu’elle a compris que pour être « le changement que nous voulons voir dans le monde », pour reprendre les mots de Gandhi, il allait lui falloir apprivoiser ses émotions et les transmuer pour faire sa part et contribuer à bâtir un monde plus respectueux des hommes et du vivant.

De retour en Belgique, elle décide d’entreprendre des études en sciences politiques et en aide humanitaire internationale. Pendant sept ans, elle œuvre en Afrique francophone dans la coopération au développement dans des projets d’accès aux soins de santé dans le cadre desquels elle est confrontée à des situations d’injustice et des violences multiples. Au contact des acteurs de terrain, elle dit avoir appris l’humilité et une forme d’acceptation joyeuse de ce qui est. Et pris conscience également de la convergence essentielle entre luttes sociales et environnementales. « Étant plutôt idéaliste et sensible, ce ne fut pas une partie de plaisir. Je me sentais isolée et impuissante face au cynisme des pouvoirs publics belges qui cofinançaient les projets que nous mettions en place sans réellement nous soutenir », souligne-t-elle.

En 2009, alors qu’elle travaille encore en Afrique, elle cofonde, à Bruxelles, avec son compagnon, Ilios Kotsou, docteur en psychologie et maître de conférences à l’Université libre de Bruxelles, « Émergences. Se changer, changer le monde », dans laquelle elle s’investit comme bénévole. C’était il y a près de quinze ans, et la pleine conscience n’était pas encore très présente dans les médias. L’objectif de l’association ? Contribuer à l’émergence d’une société plus juste, consciente, altruiste, chaleureuse et solidaire. De retour d’Afrique, à la naissance de sa fille, elle devient la coordinatrice d’Émergences. « C’est une autre manière de contribuer à changer le monde. Je continuer à œuvrer en agissant sur un autre levier. Dans l’écosystème de la transition, il est important que chacun trouve l’endroit dans lequel il a envie d’agir. Nous avons besoin de toutes les énergies », explique-t-elle.

Activiste multi-casquette

Depuis quelques années, elle anime des séances de préparation à la naissance basées sur la pleine conscience. Celles-ci visent à préparer à la naissance et à la parentalité, à remettre de la conscience et de la présence dans les cliniques et hôpitaux qui accueillent les futures mamans, et à agir au niveau des parents qui s’apprêtent à accueillir un enfant. « Les exercices que nous proposons permettent notamment de revisiter sa vie avant la naissance et de s’interroger sur les souffrances intergénérationnelles de manière à ne pas les reproduire », explique-t-elle.

« Qu’inventerons-nous pour prendre soin de la vie ? Qu’allons-nous mettre en œuvre pour guérir la planète ? »

Activiste multi-casquette, Caroline Lesire est également coopératrice à Bruxelles dans une petite épicerie de quartier bio, collaborative et autogérée, qui fonctionne en circuit court. Seuls ceux qui y travaillent trois heures par mois peuvent y consommer. « Ce sont des alternatives concrètes. On évite ainsi d’enrichir les grosses enseignes peu respectueuses de la planète. Et on aide aussi des agriculteurs locaux à revaloriser leurs revenus et à asseoir leur situation économique », ajoute-t-elle.

Las but nos least, Caroline planche avec une dizaine de parents sur la création d’une nouvelle école à pédagogies actives qui devrait ouvrir ses portes au vert en septembre 2021. Cette école d’un genre nouveau s’inspirera, sans exclusive, des intuitions des grands pédagogues dont Maria Montessori et Rudolf Steiner qui seront actualisées en s’appuyant sur les découvertes les plus récentes en matière de neurosciences.

« Qu’inventerons-nous pour prendre soin de la vie ? Qu’allons-nous mettre en œuvre pour guérir la planète ? », s’interroge-t-elle dans la conclusion du livre collectif Prendre soin de la vie, de soi, des autres et de la nature qu’elle a coordonné avec Ilios Kotsou. « Les vols d’oies sauvages peuvent être une source d’inspiration, outre l’émerveillement qu’elles suscitent. Ce n’est jamais la même oie ni le même groupe qui conduit l’ensemble : toutes connaissent la direction, mais elles se relaient et volent d’une manière coopérative et intelligente pour s’aider du battement d’ailes de la voisine », écrivent-ils.

Eric Tariant Les spiritualités vivantes, les alternatives porteuses d’avenir, les utopies concrètes qui esquissent un autre paradigme de développement et l’art (la peinture en particulier) sont les spécialités et principaux centres Lire +

Pour aller plus loin

Caroline Lesire est coautrice de plusieurs ouvrages collectifs :

Prendre soin de la vie, de soi, des autres et de la nature (L’Iconoclaste, 2019)
Je me prépare à la naissance en pleine conscience (Jouvence, 2018)
Transmettre (L’Iconoclaste, 2018).
Se changer, changer le monde (L’Iconoclaste, 2013).
Psychologie positive : le bonheur dans tous ses états, coécrit avec Ilios Kotsou (Jouvence, 2011)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Mathieu Delobel, ou les aventuresd’un moine reggaeman

De l’enfance rebelle à l’immersion dans la vie africaine, le début de parcours de Mathieu Delobel est déjà atypique. C’est au...

Jean-Philippe Rykiel : le musicien voyageur

Il ne voit pas, mais sa cécité ne l'empêche pas de saisir la beauté du monde. Pianiste et claviériste, le compositeur Jean-Philippe...

Thupten Jinpa : L’homme qui érigeait des ponts entre tradition bouddhiste et monde contemporain.

Grande figure du bouddhisme international, interprète du Dalaï-Lama dans le monde anglophone depuis plus de trente ans, Thupten Jinpa...