©DR

Voyage au-delà de mon cerveau :
Dr Jill Bolte Taylor

Ce récit de voyage est si fantastique qu’on suit Dr Jill Bolte Taylor jusqu’au bout, impatient d’en connaître la fin. Et c’est surtout la fin qui nous intéresse ici. Comment cette neuroanatomiste américaine victime d’un grave accident vasculaire cérébral (AVC) à l’âge de 37 ans, en arrive-t-elle à une vision spirituelle de l’existence ? Ses observations sur le monde et sur elle-même, pendant et après son accident, sont surprenantes. Certaines pourraient même se rapprocher d’expériences ressenties lors d’états méditatifs profonds. Elle décrit la sensation d’une paix intérieure, la découverte de la compassion, la conviction d’une bienveillance innée chez la plupart d’entre nous, ou encore le sentiment de ne former qu’un avec le reste du monde. Elle montre aussi qu’avec un certain entraînement, l’être humain peut influer sur le fonctionnement de son cerveau. « Mon AVC m’a donné l’occasion de prendre conscience de l’impact de mes émotions sur mon organisme. J’ai découvert qu’il était en mon pouvoir de les laisser s’installer en moi, ou au contraire, de les chasser au plus vite. »

Une telle expérience, qui lui a quand même imposé huit ans de rééducation, l’a rendue plus heureuse de vivre et lui a donné un but : « Aider les gens à parvenir à la paix intérieure et à découvrir la joie innée qu’ils recèlent en eux, telle est aujourd’hui ma mission. » Il y a lieu de s’en réjouir pour elle.

En revanche, il convient de prendre avec beaucoup de précautions les conclusions qu’elle en tire sur le rôle de nos hémisphères cérébraux. Comme son AVC a paralysé son hémisphère gauche pendant plusieurs heures, il lui semble évident que son cerveau droit est seul responsable de l’état quasi mystique qu’elle a traversé. De même analyse-t-elle sa nouvelle vie uniquement à l’aune de cette distinction. « Si je souhaite que s’exprime mon hémisphère droit intuitif, il faut que je mette en veilleuse mon hémisphère gauche pour éviter que ma petite voix intérieure ne me noie sous son flot de paroles. Je me contente de me fier à mon sixième sens. » Or, elle illustre en cela des théories remises en cause depuis plusieurs décennies par une bonne partie de la communauté scientifique. L’idée selon laquelle le cerveau gauche serait le siège de la raison (donc analytique, logique) et le cerveau droit, celui des émotions (intuitif, créatif), est désormais considérée comme simpliste, voire erronée. Et la vision selon laquelle la dominance de l’un des hémisphères sur l’autre conditionnerait notre personnalité est également réfutée.

Voyage au-delà de mon cerveau n’est donc pas à prendre comme une démonstration scientifique, mais comme le récit d’une expérience personnelle. Dr Jill Bolte Taylor nous raconte à quel point le cerveau peut influer sur notre état. Elle nous rappelle aussi cette bonne nouvelle : nous pouvons influer sur notre cerveau. Gauche ou droit, là n’est pas la question.

Carole Rap Journaliste économique et sociale, elle s’intéresse depuis des années à l’environnement, illustration de l’interdépendance. En pratiquant le yoga et la danse méditative, elle a découvert la richesse des voyages Lire +

Pour aller plus loin

Voyage au-delà de mon cerveau du Dr Jill Bolte Taylor (J’ai lu, 2009)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Méditasoins. Petites méditations pour grands maux de l’enfant : Professeur Tu-Anh Tran

Ce manuel de soins par la méditation présente vingt cas cliniques et quatorze méditations simples permettant aux enfants de...

Himalaya-Népal. Ermitages en Pays Sherpa de Yann Rollo van de Vyver et Jigmé Thrinlé Gyatso

L’aventure commence en 2010 dans le réfectoire d’un monastère, sur les hauteurs de Katmandou. Le photographe Yann Rollo van...

Dzogchen et Tantra : Chögyal Namkhai Norbu

« Les enseignements Dzogchen sont l’essence de tous les enseignements tibétains, si directs qu’ils furent toujours...