©Shutterstock.com

Stop à la maltraitance animale !

Humains et animaux, tous dans le même bateau du samsara.

En luttant activement, en tant que bouddhistes, pour la défense des droits et de la vie des animaux, nous affirmons haut et fort que les droits de l’homme sont indissociables de ceux des animaux. Tous les êtres, quels qu’ils soient et quoi qu’ils aient fait, vivent en effet en interdépendance. C’est l’un des principes fondamentaux de cette tradition. Au concept d’humanisme, il faudrait donc ajouter celui d’animalisme, bien que pour nous bouddhistes convaincus, le monde des humains et celui des animaux forment deux mondes distincts, déterminés par la notion de karma, qui désigne l’acte et sa conséquence dans cette vie ou dans une vie ultérieure.

L’animal est un être vivant, sensible, digne de respect et de bienveillance, et finalement sans défense face au plus grand prédateur que constitue l’être humain.

Traditionnellement, il est enseigné que la renaissance humaine est la seule permettant de réaliser la voie du Bouddha et de se libérer de toute identification aux souffrances que nous rencontrons. La renaissance dans une enveloppe animale, comme nous l’enseignent les Sadgatikârikâ de Dhârmika Subhûti, n’est donc pas souhaitable. Reste que l’animal est un être vivant, sensible, digne de respect et de bienveillance, et que la plupart sont sans défense face au plus grand prédateur qu’est l’être humain. Un pratiquant du dharma chérit, comme le formule si bien le Metta-Sutta, toute chose vivante, et fait preuve envers elle et à tout moment d’amour (maitrî) et de grande compassion (mahâkarunâ). L’Anguttara-Nikâya engage tout le monde à faire en sorte que toutes les créatures qui respirent, tous les êtres, toutes les choses puissent vivre en paix. Et, n’oublions pas que tout être vivant peut évoluer de vie en vie puisque selon le Mahayana, qui prêche l’universalité du message bouddhique pour tous les êtres et selon ce qu’il est écrit dans le Visuddhimagga : un jour, un crapaud, après avoir écouté un sermon du Bouddha et avoir été pourtant écrasé par un auditeur, a repris naissance immédiatement dans le monde des dieux

Michel Banassat Ex-moine bouddhiste et guide-conférencier, spécialiste des communautés asiatiques parisiennes, Michel Banassat chemine au fil de ses visites dans ce Paris caché, méconnu, sur la Voie du Bouddha. Il est également l’auteur de Lire +

Pour aller plus loin

Défense des droits et de la vie des Animaux (Éditions You-Feng, 2012)
Introduction à l’histoire du bouddhisme (Éditions You-Feng, 2000)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Bouddha, le héros de l’Éveil

Retour sur une « affaire religieuse » qui a secoué la Thaïlande.

Pourquoi moins manger de viande selon le bouddhisme ?

Et si nous considérions les animaux comme nos semblables plutôt que comme des denrées alimentaires ?

Le bouddhisme, là où vous êtes, jour après jour Partie 2 : Le choix de la compassion, absolument !

Ou comment cesser de faire de sa vie un ring, et de voir en soi et en l’autre, un adversaire.