©Olivier Adam

Pouvons-nous priver les animaux
du droit de vivre ?

Plaidoyer pour un monde juste et bienveillant envers les animaux.

Léonard de Vinci a écrit dans ses carnets : « Le temps viendra où les gens comme moi considéreront l’assassinat d’un animal comme ils considèrent aujourd’hui l’assassinat d’un homme ». Il ne s’agit pas de nier qu’il existe des différences d’intelligence entre les animaux et les êtres humains et que, d’un point de vue relatif, la vie d’un être humain ait plus de valeur que la vie d’un animal. Mais pourquoi le droit de vivre serait-il l’apanage des humains ?

Tous les êtres vivants aspirent au bonheur et tentent d’échapper à la souffrance. Donc, s’arroger le droit de tuer, à longueur d’année, des animaux par milliards (dix milliards sont tués chaque année rien qu’aux États-Unis pour la consommation humaine), c’est tout simplement exercer le droit du plus fort. Il y a encore quelques siècles, on considérait que la traite du « bois d’ébène » - les esclaves d’Afrique Noire - était acceptable. De nos jours, l’esclavage subsiste dans de nombreux pays, notamment en Inde, au Pakistan, au Soudan, où l’on vend des enfants pour le travail en usine ou aux champs, et des jeunes filles pour la prostitution. Mais de façon générale, l’esclavage est considéré comme une abomination.

Que font les gens, les peuples, lorsqu’ils sont exploités ou opprimés ? Ils s’organisent, se syndiquent, se révoltent… Les animaux en sont incapables et sont donc exterminés. Cela mérite d’être repensé.

Matthieu Ricard Après un premier voyage en Inde en 1967, où il rencontre le grand maître tibétain Kangyur Rinpoché, il termine son doctorat en génétique à l’Institut Pasteur sous la direction de François Jacob, prix Nobel de médecine, Lire +
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Le bonheur avant la croissance économique

La pandémie du Covid-19 a réalisé ce que personne ne pensait possible : mettre à l’arrêt pendant plusieurs mois l’économie...

Le ballet intérieur du désir

Témoignages autour du ballet intérieur dans lequel nous entraînent désir, amour, mort et Éveil.

Les bouddhistes face au désir

Ou comment vivre le désir sans en être l’esclave.