©Steve Gaudin

Maître Banane
De la BD satirique au bouddhisme zen

Éditeur, graphiste, illustrateur, dessinateur de BD, Christian « Kokon » Gaudin, alias Maître Banane, a découvert le Zen sur le tard. Après une vie dédiée à la culture psychédélique et à la BD humoristique, cet artiste résolument hors cases a pris des vœux de bodhisattva, avec pour credo : blagues et bouddhisme font bon ménage.

À quel moment avez-vous découvert le bouddhisme ?

À l’âge de quarante ans, au moment où je me suis remis au dessin. À cette époque, j’étais très épris d’une amie bouddhiste qui suivait la tradition Zen Soto ; quand elle revenait du dojo, où Roland Rech (1) animait des séances de méditation, son visage était transformé ! Cela m’a interpellé, d’autant que ce mode de vie était à l’opposé du mien : je travaillais dans l’édition de bandes dessinées transgressives. Ce qu’elle me disait des enseignements zen rejoignait certaines de mes interrogations sur le sens de la vie et la nature de la réalité.

Ce qui m’a bluffé dès le début, c’est qu’outre la compassion, il y avait de l’humour dans la manière de dispenser cet enseignement. Rien à voir avec les mauvais souvenirs que je gardais de mon éducation chez les pères, dont les actes n’étaient pas toujours conformes à leurs sermons. À mes yeux, l’humour est l’arme suprême contre les vicissitudes de la vie et de l’ego. À ce moment-là, j’ai eu l’idée de raconter cet univers du Zen en dessin, à travers des petits chats fort sympathiques. J’ai commencé à pratiquer et au bout d’un an, j’ai pris les vœux de bodhisattva ; j’ai reçu mon rakusu (2) et mon nom bouddhique, « Kokon », qui signifie « Racine de l’Éveil », donné par Roland Rech pour m’inciter à m’enraciner dans le réel au lieu de fumer du cannabis. À l’époque, mon ego couinait de ne pas être un « Dragon de la Voie » ou une « Montagne de Sagesse », mais maintenant j’adore la sonorité « clown » de mon nom ! (rire)

Qu’est-ce qui vous a parlé dans cette école du Zen Soto ?

J’ai côtoyé beaucoup de pratiquants d’autres traditions, mais j’ai retrouvé dans cette école un état d’esprit en résonance avec mon côté un peu anarchiste. – Dans le Zen, nous sommes habitués à la représentation du Bodhidharma avec ses sourcils broussailleux, mais il y a une autre figure extrêmement célèbre, surtout en Asie, c’est Hotei, le moine rieur avec son gros ventre à l’air, dont les statues décorent nombre de restaurants. Il est devenu le Bouddha du bonheur en quelque sorte. C’est cet aspect-là que je mets en lumière dans mes livres et mes conférences. J’y évoque souvent cet épisode fondateur du bouddhisme où des disciples rassemblés au Pic des Vautours demandent au Bouddha de leur résumer son message. Celui-ci prend alors une fleur d’un bouquet qu’on lui a offert et la fait tourner en silence. Personne ne comprend rien, sauf son plus proche disciple, Mahakashyapa, qui sourit. Bouddha dit alors : « J’ai transmis à Mahakashyapa mon trésor le plus précieux ». C’est le début du Mahayana. Une école qui débute sur un sourire, voilà qui me plaît énormément !

Qu’est-ce qui, d’emblée, vous a séduit dans cette spiritualité ?

Ce qui m’a la plus étonné et attiré au début, c’est cette possibilité que donne la méditation de se rencontrer soi-même. À partir du moment où tu réussis à rester concentré sur ce que produit ton esprit, tu découvres énormément de choses et quelques surprises ! Comme lorsque tu es traversé, perturbé, par une même obsession qui revient sans cesse, et que tu acceptes enfin de l’accueillir et que cela t’en libère. La méditation me donne une perception plus fine, plus poussée, de ce qu’est l’existence, de la manière dont les informations sont traitées, codées par le cerveau. C’est bien plus complet et moins fatigant que les diverses expériences que j’ai vécues plus jeune en testant certaines drogues psychédéliques.

En tant qu’éditeur et dessinateur, vous avez créé une œuvre corrosive, autour des thématiques du sexe et du cannabis notamment, à mille lieues de la sagesse bouddhiste. Pourquoi ce virage spirituel ?

Ce que je trouve intéressant dans le Zen, c’est la liberté malgré une forme souvent sévère et rigide. J’ai trouvé dans le Zen une réponse à mes illusions, mes addictions, et beaucoup de compassion… Ce qui m’intéresse dans cette pratique qui éclaire mes zones d’ombre, c’est de faire en sorte de me transformer, de mieux m’accompagner et de me réaliser au-delà de mes peurs. Je n’ai pas fait une croix sur mon ancienne vie, j’ai encore un côté gros bébé qui tète (rire), mais je chemine et je n’oublie pas que dans les préceptes que tu intègres quand tu deviens bodhisattva, il y a celui de ne pas s’intoxiquer.

Vous animez régulièrement des conférences sur le Zen, notamment sur le thème « Rire et Méditation, Humour et Spiritualité  ». Peut-on rire de tout dans le bouddhisme ?

Je le crois profondément et pas uniquement dans le bouddhisme, dans tout ! Il existe beaucoup d’exemples de grands maîtres qui utilisent l’humour dans leurs enseignements, le plus proche de nous étant Maître Deshimaru, réputé comme étant très fort et très drôle. Par exemple, dans mon dernier livre, Tweets Zen (3), je rends hommage de manière un peu irrévérencieuse à la grande sagesse zen et aussi à Sengai, un grand moine japonais célèbre pour ses haïkus et dessins humoristiques, en mettant en scène Shakyamini Booba, un maître zen de banlieue qui traduit le Dharma en argot des cités. Tout en précisant que je ne fais pas de dessins pour choquer, mais pour amuser les lecteurs et transmettre ma vision du bouddhisme par le biais de l’humour. Avec mes guides pour chats zen, je suis sur un registre plus mignon, c’est gentiment décalé, alors qu’avec Shakyamini Booba, je me permets plus de digressions et de transgressions. L’humour, même vulgaire et argotique, permet de prendre de la distance, ce qui rejoint le message du bouddhisme.

Qu’est-ce que le bouddhisme a changé dans votre vie ?

Le bouddhisme m’a permis de comprendre certaines de mes obsessions et addictions. Je vis de manière plus sereine tous les pépins qui me tombent dessus et je prends la vie comme elle vient. J’ai une sensation beaucoup plus fluide, harmonieuse, de la vie, du temps qui passe, de ce temps qui est si petit et ces montagnes si grandes, bref je suis plus en lien avec ma sensibilité et le réel, ce qui m’aide précieusement dans mon travail et ma vie. Le Zen m’a appris à goûter l’impermanence, je ne me refuse plus le droit de réussir et d’échouer, car le bouddhisme m’a aidé à m’accepter et j’ai pu ressortir mes feutres et mes pinceaux.

« Une école qui débute sur un sourire, voilà qui me plaît énormément ! »

Plus prosaïquement, le karma généré par ma pratique fun, en particulier avec la Butsu Zen Zone, m’a permis de rencontrer des hommes et des femmes remarquables, de devenir ami avec les maîtres zen de notre temps, de prendre goût à faire des conférences sur le Zen et même de gagner un séjour au Japon pour faire le pèlerinage bouddhiste Henro de Shikoku en mode VIP lors d’un concours de blogueurs à la Japan Expo ! On pourrait dire que la pratique du Zen contribue à me garder du bon côté de la gouttière. (rire)

Aujourd’hui, vous appliquez une méthode d’enseignement du dessin dite du « cerveau droit », qui vous permet, dites-vous, de faire abstraction de vos a priori sur vos représentations du réel. En quoi consiste-t-elle ?

C’est une technique que j’ai découverte dans le livre Drawing with the rigth side of the brain de Betty Edwards, qui a été indispensable à ma renaissance graphique. L’un des chapitres s’intitule « Le Zen du dessin ». L’idée : chaque être humain a la faculté de dessiner de manière très réaliste et puissante, mais à partir de la fin de l’enfance, il se bricole une sorte d’alphabet stylistique qui fait écran à ses capacités originelles. Cet alphabet est créé par notre cerveau gauche, celui de la logique, de la parole, etc. Cette méthode vise à faire lâcher cet hémisphère dominant en faisant des exercices qu’il ne va pas supporter. Par exemple : dessiner le contour de sa main, c’est-à-dire le vide qui l’entoure, sans regarder sa feuille et en crayonnant chaque millimètre selon le parcours de l’œil sur la main. Le cerveau gauche déteste ça car il s’ennuie rapidement ! Dès qu’il lâche, l’hémisphère droit, qui est plus holistique, plus créatif, prend le relais et développe sa puissance. C’est véritablement un éveil immédiat au dessin et j’anime depuis 25 ans des week-end ou des stages d’apprentissage immédiat au dessin réaliste avec cette méthode. À mes yeux, cet état mental associé au cerveau droit n’est pas sans rapport avec l’état de conscience profonde de zazen, que l’on appelle « Hishiryo ». Le zazen comme le dessin sont des pratiques qui révèlent énormément de choses sur notre esprit et nous permettent de le transformer

Notes

(1) Disciple de Taïsen Deshimaru, dont il a été l’un des traducteurs, Roland Yuno Rech est devenu président de l’Association Zen Internationale à la mort de son maître en 1982. Deux ans plus tard, il reçoit le shiho (transmission du Dharma) de Maître Renpo Niwa Zenji du temple d’Eiheiji. Il a été vice-président de l’Union Bouddhiste de France et a fondé le temple Gyobutsuji à Nice.
(2) Le rakusu est une version miniature du kesa, le vêtement du moine zen, un petit tablier transmis par le maître au disciple lors de l’ordination. Il rappelle au pratiquant son engagement sur la voie du zen.
(3) Tweets zen (Maître Banane éditions, 2018)

Pour aller plus loin

Site de Maître Banane : http://maitrebanane.blogspot.com

Collection des guides pour chats sur le site des éditions du Relié : www.editions-du-relie.com/-Guides-pour-chats-.html

Quelques livres de Maître Banane :

Accompagner la fin de vie, avec Roland Yuno Rech (Le Relié, 2019)
• Tweets zen (Maître Banane Editions, 2018, à commander uniquement sur la page Facebook de Maître Banane éditions)
Vrai Zen pour chats (Le Relié, 2012)
Le Tao des chats (Le Relié, 2013)
Le guide du bien-être pour chats, avec Claire Gaudin (Le Relié, 2010)
Exercices d’éveil pour petits chatons, avec Sabine Rochas & Marc de Smedt (Le Relié, 2010)
Histoires de chats zen (Le relié, 2005)

Accompagner la fin de vie… un livre mortel !

« Tant qu’on médite sur la mort, c’est qu’on est encore vivant. » C’est peu dire que Roland Yuno Rech et Christian Kokon Gaudin le sont, bien vivants ! Mieux, ils sont en pleine forme si l’on en croit la lecture de ce livre à la fois humoristique et ludique sur ce sacré casse-tête qu’est la mort.

Comment accompagner les personnes en fin de vie ? Voici en quelques pages les réponses du maître zen Roland Yuno Rech (proche disciple de Taïsen Deshimaru, ex-président de l’Association Zen Internationale et ancien vice-président de l’Union Bouddhiste de France), illustrées par les dessins caustiques de son « disciple indiscipliné ». Puisque « quand on est mort, c’est pour la vie », autant reprendre le problème à la base. « Cela faisait longtemps que je voulais faire un livre sur la mort, un sujet souvent traité de manière anxiogène, explique Christian Kokon Gaudin, lui-même confronté à la perte d’un être cher. Mon père nous a quittés en début d’année. Mon frère, ma sœur et moi avons le même type de réaction face à la mort et à la maladie : prendre la chose comme s’il s’agissait d’un épisode de Groland (l’émission humoristique de Canal +, NDLR). On dédramatise l’événement par le rire ; notre défense, c’est la vie. »

Le moine et le dessinateur s’attaquent à cette question sans fin en présentant le message du Bouddha à travers sa vie, mais aussi les principaux enseignements du bouddhisme sur le sujet (renaissances, quatre nobles vérités, les douze innen, le Marana Bhaya Soutra à propos de la peur de la mort, etc.) et enfin en quoi la pratique zen permet de se transformer non en « Supermoine », mais en super accompagnant. Avec humour, parfois potache, souvent corrosif, jamais vulgaire, les auteurs démontrent qu’on pleut plaisanter des choses sérieuses, à condition d’être rigoureux et de ne pas… se prendre au sérieux. Il y a là un Lego de l’ego, un Bouddha aux oreilles de Mickey, Dôgen en érection, quelques cadavres vivants et des faucheuses mal affûtées. Sans oublier un selfie de l’Éveil et un jeu vidéo « Éveil Dead » pour coller à l’époque. Jubilatoire ! Tout au long de cette réflexion sur la mort et sur la vie, puisque l’un ne va pas sans l’autre, ils désamorcent les clichés et dédramatisent cette fin qui n’en est pas une. En somme, comme le soulignent les auteurs, « la mort, faut pas en faire une maladie ». Et puis, si « dans la vie, faut pas s’en faire ; dans la mort, encore moins. »

Accompagner la fin de vie de Roland Yuno Rech et Christian Kokon Gaudin (Le Relié, 2019)

B.M.

©Christian Kokon Gaudin
©Christian Kokon Gaudin
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Tashi Nyima : une génération en exil : résistance et résilience

Originaire de la région du Kham au Tibet, Tashi Nyima a été forcé de quitter son village, à 28 ans, pour échapper à...

Sa Sainteté le 34e Menri Trizin : de l’importance de pratiquer

Rencontre exceptionnelle avec le chef de la tradition spirituelle Yungdrung Bön, à l’occasion de son premier voyage en Europe, en juin...

Jôkei Sensei : « Sortir zazen de la salle de méditation »

Jôkei Sensei est depuis juin 2018 la nouvelle abbesse de la Demeure sans Limites. Elle évoque dans cet entretien la mission de ce temple...