©Shutterstock.com

Les réseaux neuronaux de la méditation,
du vagabondage mental et de l’attention

Depuis une quinzaine d’années, les neurosciences permettent de mieux comprendre le mode d’action de la méditation sur le cerveau. Comme nous l’explique le docteur Dinh Hy Trinh, membre de l'institut bouddhique Truc Lâm, deux fonctions neuropsychiques majeures interagiraient dans ce processus : le vagabondage mental et l’attention.

En quoi consiste le vagabondage mental ?

Il s’agit d’un état psychologique qui apparaît spontanément quand on n’a pas de tâche précise à effectuer. Par exemple : quand on regarde le paysage ou le ciel par la fenêtre, et que l’on rêvasse. Le vagabondage mental (en anglais “mind-wandering”) se produit donc quand l’esprit s’évade et qu’il passe de pensées focalisées sur un but donné et présent à des pensées imaginaires sur le passé ou le futur. Les scientifiques ont créé un acronyme pour désigner cet état : REST (repos en anglais) pour “Random Episodic Silent Thinking” (pensée aléatoire épisodique silencieuse). Cette “activité” non perceptible par un observateur extérieur occupe une partie importante de notre vie mentale, évaluée entre un tiers et la moitié de notre temps éveillé.

Est-ce positif ou négatif ?

Le vagabondage mental a des aspects positifs et négatifs. C’est positif, car c’est pendant ces moments de voyage intérieur que l’esprit imagine, crée, associe des idées ou élabore des projets, et qu’il revisite le passé pour améliorer le futur. Il y a également des aspects négatifs. Sur le plan cognitif par exemple, le vagabondage mental diminue nos capacités à effectuer une tâche du fait de la baisse de l’attention requise. C’est aussi un frein et une gêne à l’apprentissage. Sur le plan affectif, il a été démontré qu’un esprit vagabond n’est pas un esprit heureux. Dans un tiers des cas seulement, des souvenirs heureux reviennent ; le reste du temps, ce sont des pensées neutres ou stressantes qui envahissent l’esprit. Quand ce penchant prédomine, les personnes ont tendance à vagabonder vers les mêmes souvenirs tristes et à utiliser les mêmes circuits cérébraux. Cette rumination mentale, constituée d’idées obsessionnelles liées aux souvenirs sombres du passé, est souvent chargée en émotions négatives. Elle se rencontre notamment dans la dépression chronique et favorise les rechutes. Autre cas, le stress post-traumatique : le souvenir du traumatisme psychologique revient dès que l’esprit se met à vagabonder, entraînant un changement de l’humeur.

Que se passe-t-il dans notre cerveau selon que nous sommes dans un vagabondage mental ou que nous sommes attentifs ?

Le vagabondage mental correspond à l’activité d’un réseau de neurones appelé : Réseau Mode par Défaut (en anglais “Default Mode Network”, DMN). Ce système a été découvert par hasard en 2001 par un neuroscientifique américain, Michael Raichle, et son équipe. En mesurant l’activité d’un cerveau qui semblait au repos, ils ont mis en évidence l’existence de zones hyperactives qui consomment autant d’oxygène et d’énergie que lorsque l’individu est occupé à faire une tâche sensorielle, motrice ou intellectuelle précise. Ils ont aussi démontré que ce réseau était le support d’une autre fonction appelée le traitement autoréférentiel, ou plus simplement la “conscience de soi”, la “réflexion sur soi” ou encore la “préoccupation de soi”. Soit ce que les Anglo-Saxons nomment “Theory of Mind”, qui exprime la capacité de s’imaginer à la place des autres.

La Pleine conscience permet ainsi de générer des émotions positives comme la sérénité, la paix, la joie, tout en réduisant, voire en effaçant, la “préoccupation de soi” qui fait partie du vagabondage mental.

L’attention est une autre fonction importante du cerveau. Elle est liée à l’activité d’un autre réseau de neurones, le “Réseau de Tâche Positive” (TPN). À l’état de veille, le cerveau est sollicité par une grande quantité d’informations et reçoit nombre de stimuli extérieurs et intérieurs. C’est l’attention qui, à un moment donné, choisit l’une des informations reçues en fonction de l’un de ces trois critères “saillants” : la menace, le plaisir et la nouveauté. Parmi les fonctions de l’attention, on distingue l’orientation de l’attention, le maintien de l’attention et le déplacement de l’attention.

Quelle est la relation entre le vagabondage mental et l’attention ?

Il existe un antagonisme entre ces deux états mentaux. Quand l’un apparaît, l’autre disparaît et vice-versa. Lorsqu’une personne effectue une tâche précise et que son esprit vagabonde, son attention chute et elle devient moins performante dans la tâche en cours. Juste une seconde d’inattention, de déconcentration, et c’est la perte d’un match, un spectacle raté ou un accident plus ou moins grave… Inversement, l’orientation et le maintien de l’attention sur une tâche précise font disparaître le vagabondage mental. Sur le plan neurologique, cet antagonisme a été démontré par les relations d’activité inverses de ces deux réseaux neuronaux, le DMN et le TPN, mesurées par l’IRM fonctionnelle.

Quel est le mécanisme d’action de la méditation sur ces deux états mentaux ?

La clé de la méditation, on le sait maintenant, tient en un mot : attention. La “juste attention” ou “pleine conscience” fait partie de l’Octuple Sentier enseigné par le Bouddha. La définition de la Pleine conscience par Jon Kabat-Zinn, le père de la méthode MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction), est un “état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger l’expérience qui se déroule instant après instant”. Grâce aux neurosciences, on comprend bien maintenant le mécanisme d’action de la Pleine conscience. L’attention qui est portée par exemple à la respiration, à des bruits ou à ce qui se passe dans le mental, active le Réseau de Tâche Positive (TPN), et désactive celui du Mode par Défaut (DMN), donc le vagabondage mental. La Pleine conscience agit donc en jouant sur l’antagonisme entre l’attention et le vagabondage mental. Cela a été démontré par l’imagerie médicale chez les méditants, quel que soit le type de méditation utilisé dans l’expérience menée. La Pleine conscience permet ainsi de générer des émotions positives comme la sérénité, la paix, la joie, tout en réduisant, voire en effaçant, la “préoccupation de soi” qui fait partie du vagabondage mental

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

La médecine tibétaine : un soutien en cas de cancer

Contre le cancer, la recherche fait des pas de géant. Si les traitements occidentaux sont toujours plus efficaces, la médecine tibétaine ...

Un point de vue bouddhiste de l’éthique et de la bioéthique

Euthanasie, clonage, GPA, neurosciences…. Quelles sont les réponses du bouddhisme aux défis de la bioéthique actuels ?

Les plus de la méditation de pleine conscience pour le XXIe siècle

Si les bienfaits thérapeutiques de la mindfulness ne sont plus à démontrer, comment agit-elle sur notre santé ? Un remède...