©DR

Le chat du Dalaï-Lama
de David Michie

Cher lecteur, avouez-le, vous avez rêvé au moins une fois d’être une petite souris pour pouvoir discrètement observer ce qui se dit ou ce qui se passe en votre absence, non ? Eh bien, David Michie l’a fait. Il l’a fait, non pas sous la forme d’une petite souris qui risque toujours de se faire croquer par un matou de passage, mais sous l’apparence d’un félin. Et pas n’importe lequel, le chat du Dalaï-Lama, rien que ça ! C’est ce chat qui nous raconte ce dont il est témoin.

Arrivé chaton, le minet grandit dans l’entourage de celui que certains considèrent comme un Bouddha vivant et nous livre un point de vue espiègle sur le quotidien de ce grand maître. Chaque rencontre sert de cadre à de profondes leçons de sagesse, douze au total (autant de chapitres), grâce auxquelles l’auteur aborde des éléments essentiels de la sagesse bouddhique tels que l’amour, la relation de maître à disciple, comment se libérer de ses peurs et gérer sa colère, l’impermanence, l’importance d’être "présent" (pleine conscience), ou encore comment abandonner ce "je" qui nous empoisonne la vie depuis si longtemps.

Tout être aspire au bonheur. Comme notre guide à quatre pattes nous l’indique, le travail ne peut être fait que par soi-même, et c’est à nous de découvrir les façons de le faire, en cohérence avec la personne que nous sommes. Néanmoins, Mister Matou rappelle au passage quelques principes fondamentaux, notamment le fait qu’il y ait deux sources de bonheur principales : la première qui consiste à cultiver le désir de faire le bonheur des êtres, ce que les bouddhistes appellent l’amour ; et, la seconde, l’aspiration à aider les autres à se défaire de leurs souffrances, en développant la compassion. Il souligne également combien il est essentiel que nous ayons une bonne estime de soi, car se laisser aller relève, en définitive, plus d’une forme de paresse intérieure que d’autre chose.

Les témoignages rapportés par le chat sont ceux que l’on expérimente (trois fois hélas…) facilement au quotidien. Cet ouvrage n’est pourtant jamais moralisateur, au contraire, il est joliment écrit, plein d’humour et dénote chez son auteur une profonde connaissance des enseignements du Bouddha. Il rappelle également que le bouddhisme n’a pour seule ambition que de donner des outils aux êtres afin qu’ils puissent réaliser un bonheur véritable. Il peut se lire et se relire, chaque lecture permet d’approfondir sa connaissance des fondements du bouddhisme. En ces temps troublés où l’on voit l’intolérance, les extrémismes de tous poils prendre de plus en plus le pas sur le vivre ensemble, cet ouvrage fait du bien. Un cadeau pour soi, comme pour les autres, une lecture qui devrait être reconnue "d’utilité publique"

Antony Boussemart Antony Boussemart est diplômé en japonais des Langues O. Pratiquant du bouddhisme vajrayana, il est également spécialiste des religions japonaises et travaille pour un centre de recherches spécialisé sur l’Asie. Il Lire +

Pour aller plus loin

Le chat du Dalaï-Lama, de David Michie (Éditions Leduc. S, 2018)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Le mystère des bols tibétains

Depuis des millénaires, la percussion et la résonance d’un simple récipient accompagne le chercheur spirituel sur son chemin. Pourquoi ...

Le yoga, instrument des nationalistes hindous

Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le Bharatiya janata party (BJP) a fait de la promotion du yoga l’un des axes de sa politique...

Gary Snyder, un bouddhiste engagé

Figure centrale de la Beat Generation, poète, traducteur et bouddhiste zen, Gary Snyder est aussi un pionnier du mouvement écologiste, un ...