©DR

Faire de la cuisine un art en étant centré ?

Comment cuisiner et s’alimenter au quotidien tout en réalisant la générosité de l’existence ? Le Tenzo Valérie Dai Hatsu Duvauchelle nous y invite par la pratique de la cuisine de la bienveillance. Les produits sont locaux et bio. Ses recettes de saison, sans liliacées (plantes à bulbes), n’utilisent pas les animaux et préservent le goût naturel des ingrédients.

Cuisiner en étant centré

S’assoir ou travailler debout, en confiance, dans la posture du zen traditionnelle, c’est se confier à la terre et au ciel, sentir notre colonne vertébrale reliée aux éléments et se laisser respirer par l’air. Nous retrouvons ainsi l’intuition profonde de ce qu’est la nourriture et voyons nos désirs s’aligner à nos réels besoins. Ce qui se fait très simplement. Pour accompagner ce processus tout en célébrant le printemps dans la gourmandise, je vous propose aujourd’hui une douceur de saison : la tartelette aux fraises macha.

Pour un moule à tarte de 18 cm :

La pâte brisée : 150 grammes de farine de petit épeautre blanche, 65 g de margarine non homogénéisée, 1 càs de sucre blond non raffiné, 3 pincées de sel, 35 ml de lait végétal, 1 g de vanille en poudre.

La crème pâtissière : 250 ml de lait de soja, 2 càs de noix de cajou, 3 càs de sucre blond non raffiné, 3 càs de maïzena, 2 càs de macha (poudre de thé vert), 1 càs de margarine non homogénéisée, 3 càs de lait de riz.

Mélangez tous les ingrédients à la spatule puis terminez en pétrissant la pâte quelques minutes. Laissez reposer une demi-heure à température ambiante. Abaissez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie sur un plan de travail fariné.

Huilez et farinez le plat à tarte, déposez-y la pâte, en appuyant bien aux bords, puis piquez à la fourchette. À cuire vingt minutes à 160 degrés.

Dans une casserole, mélangez les ingrédients de la crème, excepté la margarine, le macha et le lait de riz. Faites prendre la crème en tournant à feu moyen quelques minutes. Laissez refroidir. Ajoutez le macha, la margarine et le lait de riz puis mixez au fouet électrique ou énergiquement à la main. Étalez sur la pâte refroidie puis déposez des fraises découpées selon votre fantaisie.

Avant de déguster, je me rappelle qui je suis grâce aux cinq contemplations :

– Je vois les rouages qui furent nécessaires pour que cette nourriture parvienne jusqu’à moi : l’interdépendance.
– J’observe ma manière de vivre pour savoir si j’ai conscience de ce cadeau de la vie : la gratitude.
– Je vois combien cela m’apaise : la confiance et l’harmonie.
– Je reconnais cette nourriture comme mon meilleur médicament : la santé et l’énergie.
– Je contemple cette nourriture dans la joie de voir ma vie s’épanouir grâce à elle : l’enthousiasme

©DR
Valérie Dai Hatsu Duvauchelle Valérie Dai Hatsu Duvauchelle, Tenzo, marche sur la voie du zen 2.0 en déployant le sens de la communauté par la nourriture et en invitant ceux qui nous suivent à découvrir le lien qui les unit. Nomade, elle se rend entièrement Lire +
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Rêveries et méditation

En prévision d'une émission de radio sur le thème de la rêverie, avec Flavie Flament sur RTL (saluons ici son travail souriant pour...

Retrouver l’envie de cuisiner et honorer la vie

À l’heure de l’émission Top Chef, il est parfois difficile de se retrouver seul face à ses fourneaux. Pourtant ne pas savoir...

Cultiver la simplicité

Trop de tout. L'accumulation des objets n'encombre pas seulement notre environnement, elle encombre aussi notre esprit et nous rend...