©Shutterstock

Dans les bras de la forêt

Ou comment se mettre au diapason de la nature.

Depuis ma plus tendre enfance, j’entre en forêt avec une délectation proche de l’extase, immédiatement apaisée par le charme ensorcelant du chant des oiseaux et du souffle du vent. Et vous ? Avez-vous déjà fait véritablement l’expérience de nature  ? Silencieux, le cœur ouvert, au point de sentir votre être se dissoudre dans la forêt. Avez-vous déjà écouté le chant d’une mésange, d’une grive ou d’un merle avec la même attention que celui que vous accorderiez au plus grand des musiciens ?

« Nul ne peut comprendre les plantes s’il fait abstraction de tout ce qui tourbillonne, vit et s’entremêle autour d’elles. » Rudolph Steiner

Les vertus des sons de la nature sur les végétaux et sur les êtres vivants ont été depuis longtemps démontrées, notamment en médecine chinoise. Rudolph Steiner, le célèbre anthroposophe (1861-1925), disait ceci : « Nul ne peut comprendre les plantes s’il fait abstraction de tout ce qui tourbillonne, vit et s’entremêle autour d’elles ». Les vibrations des chants, en faisant frémir l’énergie de vie des plantations, permettent de faire proliférer les micro-organismes du sous-sol et les vers de terre. Elles ont une action sur la germination des graines et la croissance des plantes. Le son serait aussi nécessaire que la photosynthèse !

L’art des bains de forêt

Et nous ? Les êtres humains. Dès notre conception, nous baignons dans un univers de sons et de vibrations. De nombreuses études ont montré que notre fréquence cardiaque, notre pression artérielle et notre fréquence respiratoire se synchronisent avec le rythme de ce que nous écoutons. Source de détente, de vitalité, de tonus, d’équilibre, les chants des oiseaux, à l’instar d’une musique douce, permet de relier les différents plans de chacun : physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel, et de les harmoniser. Les Japonais en ont fait un art : les bains de forêt ou « Shinrin Yoku ».

Expérience

Asseyez-vous en pleine forêt. Commencez à inspirer et à expirer en prêtant attention aux différents chants qui s’offrent à vous. Imaginez la répartition dans l’espace des sons : cette stéréo naturelle vous pose spontanément au centre de l’exercice. Laissez-vous emporter. Vous êtes dans les bras de la forêt.

Kara Molinari Kara Molinari est avant tout une chercheuse passionnée. Depuis son adolescence, elle s’interroge sur question la plus métaphysique qui soit : qu’est-ce que l’homme ? Diplômée d’un Master en Histoire et d’un Master 2 en Lire +
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Méditation et méditation

Décryptage d’une pratique mise à toutes les sauces samsariques et faisant le grand écart entre laïcité et spiritualité.

Les six yogas de Naropa

À l’origine, les yogas furent transmis par Dordjé Chang à Tilopa qui les transmit à son tour à Naropa (1016-1100). Puis une longue...

Les vertus de la patience pour réaliser le nibbana

4e volet des conseils du Vénérable Mahasi Sayadaw sur la pratique de base bouddhiste de la Pleine Attention.