©Thomas Laird

Les six yogas de Naropa

À l’origine, les yogas furent transmis par Dordjé Chang à Tilopa qui les transmit à son tour à Naropa (1016-1100). Puis une longue chaîne de transmission se fit au Tibet grâce à Marpa puis Milarépa, Gampopa, Phagmodrupa, Lord Jigten Gonpo Rinchen Pal, etc. jusqu’au Vénérable Drubpon Tharchin Rinpoché qui les transmet à son tour.
Description sommaire des six yogas de Naropa. Ce qu’en disent les textes :

1. Toumo

Le yoga du feu intérieur permet notamment d’augmenter sa chaleur interne jusqu’à faire fondre la neige autour de soi, voire plus largement, et de traverser les murs grâce à la réalisation de la vacuité. Pour pratiquer Toumo, il est indispensable de suivre son « lama-racine » durant toute son existence comme l’ont fait les grands maîtres cités ci-dessus.

2. Gourou Yoga

Ce yoga du corps permet de réaliser la nature illusoire des phénomènes et de se libérer de toute forme d’attachement, de l’aversion et à réaliser la vacuité en toute chose.

3. Le Yoga de la Claire Lumière

Il permet de remplacer l’opacité mentale par la Claire Lumière, la luminosité naturelle d’un esprit libre de tout karma négatif. Lors des sommeils profonds, nous faisons l’expérience de la Claire Lumière.

4. Milam

Également appelé le yoga du Rêve, il permet de comprendre l’origine et la nature de nos rêves, que c’est notre propre esprit qui fabrique les rêves et qu’ils sont de nature illusoire.

5. Le yoga de l’état intermédiaire

Le bardo est l’état intermédiaire entre la mort et la prochaine renaissance. Au moment de la mort, notre esprit ne réalise pas de suite qu’il est déconnecté du corps. Cet état dure entre 7 et 49 jours.

6. P’owa

Le Yoga du Transfert de conscience permet d’obtenir une forme de libération au moment de la mort. Tant que nous sommes soumis au karma, nous pouvons être libérés et renaître dans les champs purs grâce à la pratique du P’owa par un lama. Les proches disposent de 49 jours après la mort pour faire intervenir un lama. Les pratiquants peuvent s’entraîner à la pratique du P’owa avec un maître.

Catherine Barry Journaliste, et responsable de programmes à France Télévision, Catherine Barry est connue du grand public pour avoir présentée et été rédactrice en chef, entre 1997 à 2007, de la première émission hebdomadaire consacrée au Lire +

Notes

Photo de couverture : peinture murale du temple Lukhang

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Méditation et méditation

Décryptage d’une pratique mise à toutes les sauces samsariques et faisant le grand écart entre laïcité et spiritualité.

Dans les bras de la forêt

Ou comment se mettre au diapason de la nature.

Les vertus de la patience pour réaliser le nibbana

4e volet des conseils du Vénérable Mahasi Sayadaw sur la pratique de base bouddhiste de la Pleine Attention.