©DR

Collapsus, sous la direction de Laurent Testot et Laurent Aillet

Aux yeux du lecteur, confiné à son domicile pour cause de virus planétaire, la découverte de Collapsus résonne singulièrement. « C’est peu dire que l’air du temps est à l’inquiétude », écrivent en préambule le journaliste scientifique Laurent Testot et l’ingénieur risques Laurent Aillet, qui ont dirigé cet ouvrage collectif, paru en mars. Dans le pli de ce livre de 346 pages, sont ainsi rassemblés tous les maux qui menacent notre civilisation industrielle entrée dans l’ère du Capitalocène (1). Au premier rang desquels le dérèglement du climat et l’érosion de la biodiversité qui conduiraient à une sixième extinction de masse.

La richesse de Collapsus réside dans son approche systémique. Quarante spécialistes, penseurs comme praticiens, donnent leur point de vue sur « l’effondrement » (du latin « collapsus ») au regard de leur discipline. Que ce soit la philosophie, l’agronomie, l’histoire, la politique, la géostratégie, le droit, la biologie, l’économie, la sociologie et même la science-fiction. Comme le remarque dans cet ouvrage Pablo Servigne, collapsologue, coauteur de Comment tout peut s’effondrer et Une autre fin du monde est possible : « Interroger notre manière d’être au monde est impossible si l’on ne fait pas appel à toutes les approches humaines possibles (…) Un vrai changement politique commence par un profond changement des consciences ». C’est justement pour éveiller les consciences que les contributeurs de Collapsus dressent un état des lieux et expliquent clairement les enjeux, en partant de ce postulat fondamental : « Tout système possède ses limites » suivant le théorème posé par l’économiste et philosophe Kenneth E. Boulding : « Celui qui pense qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou soit un économiste ! ».

La dimension spirituelle est également conviée au fil des pages. C’est ainsi que, par exemple, le philosophe Christian Godin écrit : « Si l’homme a tué Dieu, c’est parce qu’il ne supportait pas une puissance supérieure qui pouvait le juger (voir Nietzsche). Si l’homme a détruit la nature, c’est parce qu’il ne supportait pas une réalité dont il dépendait et qui lui échappait. Le moine Dôgen, fondateur de l’école Soto du bouddhisme Zen, dont on sait pourtant quelle importance il accordait à la représentation, disait que les fleurs se fanent même si on les aime et que l’herbe pousse même si on ne l’aime pas ». Et de conclure : « L’intolérance moderne à la nature provient du refus d’admettre une réalité qui ne dépend pas de nous ».

Passé l’état de sidération qui nous a saisis à la lecture de ce livre - du même ordre que celui déclenché par le coronavirus -, la question du sens se pose. La période inédite que nous sommes en train de vivre doit ainsi plus que jamais nous amener à nous relier et à nous projeter dans un avenir de solidarité. L’objectif de cet ouvrage inspirant, soulignent d’ailleurs Laurent Testot et Laurent Aillet, est de « cerner les futurs possibles ». Comme un écho à la devise de Bouddha News : « La vie et le monde sont ce que nous en faisons ».

Aude Raux Grand reporter, membre du Collectif Argos depuis 2005, spécialiste de la problématique du dérèglement du climat, dès le début des années 2000, avec ses reportages sur les réfugiés climatiques publiés notamment dans Lire +

Notes

(1) Un mot dans la lignée de celui d’anthropocène qui caractérise une nouvelle ère géologique durant laquelle l’espèce humaine serait devenue la force majeure de changement. Et ce, à cause d’un système politique et économique reposant sur la privatisation des moyens de production, autrement dit, le capitalisme.

Pour aller plus loin

Collapsus, sous la direction de Laurent Testot et Laurent Aillet (Albin Michel, 2020)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

À la découverte de la solastalgie, prendre en compte les « émotions de la Terre »

Qui n’a jamais ressenti douleur, déception ou colère face au spectacle de la destruction de la nature ? C’est pour désigner ce...

La graine de la compassion. Leçons de vie et enseignements à l’usage des enfants : Sa Sainteté le Dalaï-Lama

La graine de la compassion est un beau livre de transmission d’un maître spirituel vers les enfants. C’est d’ailleurs la...

L’espérance en mouvement : Joanna Macy et Chris Johnstone

Synthèse de trente années de recherches et d’ateliers pratiques, L’espérance en mouvement de Joanna Macy et Chris...