©Véronique Crombé (1)

Célébration de la fête de Vesak

Un Vesak 2020 en ligne pour cause de pandémie de Covid-19. Cette année, la fête bouddhique de Vesak sera diffusée en direct sur Youtube, Facebook, sur divers sites comme Butta et Phatsuonline, ainsi que sur la chaîne télévisée An Viên TV. En attendant le déconfinement, voici un reportage sur la célébration de l’an dernier.
Dimanche 19 mai 2019, les communautés bouddhistes sri Lankaise, thaïlandaise, cambodgienne, laotienne, vietnamienne, chinoise et française étaient réunies à la pagode internationale du bois de Vincennes, à l’invitation du Centre International Bouddhique du Bourget, pour célébrer ensemble Vesak, la plus grande fête du calendrier bouddhique.

La fête de Vesak tire son nom de celui du mois lunaire au cours duquel elle se déroule, Vaisakha, qui se situe à cheval sur les deux mois occidentaux d’avril et de mai. La date précise est déterminée par le jour de la pleine lune et varie donc d’une année à l’autre.

Dans la tradition du bouddhisme Theravada, Vesak commémore le triple anniversaire des trois événements fondamentaux de la vie du Bouddha : la naissance, l’Éveil et l’Extinction Parfaite (Mahâparinirvâna). À ce titre, c’est donc une fête majeure, dont l’importance est maintenant reconnue par l’ensemble du monde bouddhique, même si certains pays conservent leur propre calendrier et fêtent, par exemple, la naissance du futur Bouddha à une autre date.

C’est en 1950, au cours du premier congrès de la World Fellowship of Buddhists, que fut prise la décision de faire de Vesak LA fête du Bouddha et du bouddhisme au niveau international. Cette organisation, qui avait été fondée par un écrivain singhalais dans le but de contribuer à unifier un monde bouddhique très diversifié, devait, deux ans plus tard, adopter le drapeau bouddhiste. Depuis 1999, la fête de Vesak est reconnue par l’Organisation des Nations Unies et célébrée à son siège et dans ses multiples missions à travers le monde.

L’événement est évidemment marqué dans les monastères le jour dit, mais pour des raisons pratiques évidentes, c’est généralement le dimanche le plus proche de la date précise qu’ont lieu les célébrations réunissant moines et laïcs.

Une procession sous le regard Vénérable Chandaratana

Depuis des années, le Centre Bouddhique du Bourget convie à la pagode internationale du bois de Vincennes, toutes les communautés (Theravada, Mahayana et Vajrayana) de la région parisienne, désireuses de se rassembler pour une journée de commémoration dont le programme est quasi immuable.

Dans des lieux préparés et décorés tôt le matin par les fidèles laïcs, les cérémonies religieuses commencent habituellement vers 10h30. L’offrande de nourriture et le repas des moines se font conformément à la tradition. Peut ensuite avoir lieu le déjeuner des fidèles laïcs, occasion pour tous de goûter les spécialités culinaires - végétariennes, Vesak oblige - du Sri Lanka. C’est une occasion d’échanges entre pratiquants de centres différents, parfois répartis aux quatre coins de la région parisienne. Entre bouddhistes et non-bouddhistes également, car la pagode internationale est largement ouverte sur le bois de Vincennes, à proximité immédiate du lac, et nombreux sont les promeneurs dont la curiosité est éveillée par l’animation du lieu, les chants et la musique. Et, bien sûr, dans un contexte bouddhique, tous sont les bienvenus.

Dans la tradition du bouddhisme Theravada, Vesak commémore le triple anniversaire des trois événements fondamentaux de la vie du Bouddha : la naissance, l’Éveil et l’Extinction Parfaite (Mahâparinirvâna).

Aux alentours de 13h15, l’effervescence est à son comble : les multiples groupes - danseurs et musiciens, porteurs de drapeaux et d’offrandes, moines et laïcs - se mettent en place sous le regard vigilant du Vénérable Chandaratana, pour la procession qui accompagne l’effigie du Bouddha autour de la pagode.

Vient ensuite la levée du drapeau bouddhiste par l’ambassadeur du Sri Lanka en France. Puis les représentants des différentes communautés, auxquels se joignent souvent des visiteurs non-bouddhistes, se retrouvent à l’intérieur de la pagode pour la commémoration formelle de Vesak : les pratiquants observent les Cinq Préceptes, les lampes traditionnelles sont allumées, les offrandes de fleurs sont déposées aux pieds de la statue monumentale du Bouddha. Les discours se succèdent et, cette année, le Vénérable Rahula, installé depuis deux ans en France, a ouvert cette partie des célébrations prononçant son tout premier message public en français.

Après une récitation de sutra par l’ensemble des religieux et un enseignement donné par le Vénérable Chandaratana, la communauté vietnamienne a offert un échantillon de chants bouddhistes accompagnés, pour certains, à la cithare vietnamienne. Place ensuite à la cérémonie de don des robes aux religieux.

Rien n’impose au fidèle, dans la tradition Theravada, une présence régulière au temple. Il n’en est pas moins recommandé de combiner pratique solitaire et pratique en commun. Les fêtes ainsi organisées hors des centres, où se retrouvent habituellement les membres d’une même communauté, sont l’occasion d’un enrichissement mutuel par la rencontre de pratiquants issus d’autres traditions. Avoir à expliquer, en des termes simples, sa propre pratique aux non-bouddhistes venus par simple curiosité constitue également une expérience d’un grand intérêt. Une autre forme d’enseignement pour le bouddhiste lui-même, car expliquer à autrui est parfois une occasion d’éclaircir ses propres idées.

Véronique Crombé Conférencière des musées nationaux depuis 1987, Véronique Crombé intervient dans plusieurs musées parisiens, notamment au Musée National des Arts Asiatiques-Guimet. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages sur les religions, le Lire +

Notes

(1) Photo d’ouverture : Assemblée au pied du mat pour la levée du drapeau bouddhique ©Véronique Crombé

Résolution adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies en 1999

Célébration internationale de la Journée du Vesak au siège de l’Organisation des Nations Unies et dans d’autres bureaux des Nations Unies.

« L’Assemblée générale,

Considérant que la Conférence bouddhiste internationale tenue à Sri Lanka en novembre 1998 a exprimé l’espoir que la Journée du Vesak, jour de la pleine lune du mois de mai chaque année, serait célébrée sur le plan international, en particulier au siège de l’Organisation des Nations Unies et dans d’autres bureaux des Nations Unies,

Sachant que le jour de la pleine lune du mois de mai chaque année est le jour sacré le plus important pour les bouddhistes, qui marquent ce jour-là la naissance du Bouddha, son illumination et son décès,

Considérant que, en célébrant cette journée sur le plan international au siège de l’Organisation des Nations Unies et dans d’autres bureaux des Nations Unies, l’Organisation saluerait la contribution que le bouddhisme, l’une des plus vieilles religions du monde, apporte depuis plus de 2500 ans et continue d’apporter à la spiritualité de l’humanité,

Décide que, sans qu’il en coûte quoi que ce soit à l’Organisation des Nations Unies, des dispositions appropriées seront prises pour que la Journée du Vesak soit célébrée sur le plan international au siège de l’Organisation des Nations Unies et dans d’autres bureaux des Nations Unies, en consultation avec les bureaux pertinents des Nations Unies et avec les missions permanentes qui souhaiteraient également être consultées. »

79e séance plénière
15 décembre 1999

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Le sonmudo : le corps et l’esprit en harmonie

Dans l’univers des arts martiaux, il en est un qui, petit à petit, se fait un nom : le sonmudo. Venu de Corée du Sud, il propose une...

Tibet oriental, Yarchen, la cité aux 10 000 méditantes de l’école Nyingmapa.

Guru Rinpoché, le maître « Grand précieux » en tibétain, aussi appelé Padmasambhava dont le sens signifie « Né de la fleur de...

Root Institute de Bodhgaya : au cœur de la compassion Mahayana

À Bodhgaya, important lieu de pèlerinage bouddhiste où tous les courants sont représentés, monastères et instituts abondent. Parmi...