©MCF/Chantal Elkin

Cambodge : les bhikkhus contre la déforestation

Ou comment les moines bouddhistes luttent contre la contrebande du bois en « ordonnant » les arbres.

La déforestation est une menace environnementale majeure au Cambodge. Selon un rapport de la Banque mondiale, 15% des forêts ont disparu en vingt ans. Depuis plusieurs années, des bhikkhus (« moines bouddhistes ») se sont unis au sein d’organisations telles que la Monks Community Forest (MCF) et l'Independent Monk Network for Social Justice (IMNSJ), pour lutter en faveur de leur préservation. L’une de leurs actions est de procéder à une « ordination » des arbres afin que les bûcherons, souvent bouddhistes, n’osent pas les abattre !

Envelopper les arbres dans un tissu couleur safran

Le Cambodge a perdu une couverture forestière importante en raison de la contrebande extensive de grumes et de bois, souvent aidée et encouragée par les autorités, à destination des pays voisins, notamment la Chine et le Vietnam. En mai 2017, l’Environmental Investigation Agency (EIA), basée au Royaume-Uni, a signalé qu'environ 300 000 mètres cubes de bois représentant une valeur commerciale d'environ 75 millions de dollars américains avaient été volés et passés en fraude dans des zones protégées du Cambodge au Vietnam, entre décembre 2016 et février 2017. « Nous avons perdu la forêt, ce qui a rendu la température plus élevée et la pluie imprévisible, ce qui a entraîné une augmentation des maladies et une augmentation des rejets de dioxyde de carbone dans l'atmosphère », déclare le Vénérable Bun Saluth, chef de la pagode Samrong dans la province d'Oddar Meanchey. En 2002, le Vénérable Bun Saluth a créé la Monks Community Forest (MCF) pour protéger une forêt de 18 261 hectares. Une action qui a reçu en 2010 le prix « Équateur » du Programme de développement des Nations-Unies.

« Nous avons perdu la forêt, ce qui a rendu la température plus élevée et la pluie imprévisible, ce qui a entraîné une augmentation des maladies et une augmentation des rejets de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. » Vénérable Bun Saluth

Outre leurs patrouilles régulières dans la forêt, des bhikkhus et des militants organisent régulièrement des cérémonies bouddhistes consistant à envelopper des arbres dans le tissu couleur safran utilisé pour confectionner le vêtement des religieux bouddhistes, dans l’espoir que les bûcherons eux-mêmes bouddhistes réfléchissent à deux fois avant d’abattre les arbres… Une pratique originale pour répondre à l'urgence d’une situation qui s’aggrave d’année en année en raison de l’exploitation illégale du bois, alors que les autorités locales coopèrent rarement avec les activistes, voire considèrent leurs patrouilles en forêt comme des activités illégales.

 

Article publié par l’Institut d’Études Bouddhiques (https://bouddhismes.net/)

©Shutterstock
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Une vie plus sobre, de Thoreau au bouddhisme

Plus de sobriété dans nos modes de vie : nous y sommes tous appelés pour préserver la planète. Et si elle prenait l’une de ses...

Le World localization day et en français

La crise du Covid-19 a mis en évidence la fragilité de nos économies mondialisées et la nécessité de repenser leur...

Il est temps de… vivre en harmonie avec la nature

« Ce que nous faisons à la nature, nous le faisons à nous-mêmes », écrit Satish Kumar. Et si la pandémie de Covid-19 trouvait son...