©DR

Méditation Mindfulness Vipassana
Pratique de la Pleine Attention
Vénérable Mahasi Sayadaw

Le Theravada, branche originelle du bouddhisme, enseigne la « méditation de la Vision Pénétrante Satipatthana-Vipassana », dite aussi pratique de la Pleine Attention ou Mindfulness, depuis des siècles. En Occident, nous croyons connaître cette méthode car la MBCT et MBSR, très en vogue dans nos pays depuis plus de vingt ans, s’en inspirent, mais il est toujours intéressant de revenir aux fondamentaux transmis par des maîtres comme ici le Vénérable Mahasi Sayadaw (voir encadré), et de constater que nous en ignorons ou méconnaissons bien des aspects. Il est à noter que sa méthode se caractérise par la préférence donnée à l’observation des mouvements de l’abdomen sur la classique concentration sur le souffle au niveau des narines (anapanasati). Et qu’il ouvrit la méditation aux laïcs, hommes et femmes. D’où l’intérêt de ce livre qui propose aux lecteurs d’avancer pas à pas sur ce chemin qui reste encore, pour la plupart d’entre nous, à défricher.

Au cours du processus de Vipassana, nous devenons d’instant en instant notre propre laboratoire et un champ d’expériences, où se déploie une infinité de sensations, perceptions, mouvements

En simplifiant, ce qui sera forcément réducteur, nous pouvons dire que Vipassana nous explique et incite à voir petit à petit les choses, les événements, les objets, les mouvements du mental, etc., de manière factuelle et comme le ferait un puissant scanner. C’est l’apprentissage d’une succession d’expériences passées au crible de la concentration et de la conscience, et notées précisément mentalement. Au cours de ce processus, nous devenons d’instant en instant notre propre laboratoire et un champ d’expériences, où se déploie une infinité de sensations, perceptions, mouvements… Peu à peu, en nous appuyant sur la concentration, l’attention, et à force de constance et de régularité, nous parvenons à trancher les illusions du quotidien à leurs racines et à accéder à la réalité, une et entière.

Si la méditation Vipassana semble simple sur le papier, elle est en réalité complexe, car elle s’appuie sur une infinité de détails et de méthodes que ce livre traduit de l’anglais au français par un pratiquant et enseignant de la méthode, Christian Galliou, rend accessible au plus grand nombre

Pour aller plus loin

Méditation Mindfulness Vipassana : Pratique de base bouddhiste de la Pleine Attention de Vénérable Mahasi Sayadaw (Traduction de Christian Galliou) – Publié à prix coûtant et à compte d’auteur chez Amazon KDP.

Mahasi Sayadaw (1904-1982)

Ce Vénérable fut un moine érudit en écritures bouddhiques et un maître réputé de la méditation Vipassana, la Vision Pénétrante. Conciliant sa parfaite connaissance des textes canoniques et de la pratique, il affectionnait particulièrement le grand sutta de l’Établissement de l’Attention, le Maha Satipatthana Sutta et ses Commentaires, dont il est devenu un spécialiste reconnu. Son enseignement de la méditation, The Satipaṭṭhana Vipassana Meditation, est le fruit de sa propre expérience appliquée notamment aux directives de ce sutta. Désigné par ses pairs, il fut le rédacteur final des travaux du sixième sanghayana ou Conseil des moines de l’histoire du courant Theravada.

Son influence s’exerça tout d’abord en Birmanie, d’où il était originaire, puis en Thaïlande, au Cambodge, au Sri Lanka, en Indonésie et en Inde. Selon un recensement réalisé en 1972, dans ces pays, 700 000 méditants auraient pratiqué Satipaṭṭhana-Vipassana dans des centres où il enseignait. De nombreux centres existent également dans les pays anglophones (U.S.A, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande) et dans une bien moindre mesure dans les pays francophones. Le Mahasi est venu en France en 1979 pour enseigner cette méditation et la transmettre au Vénérable Nyanadharo Visuddhinyano, abbé du monastère Bodhinyanarama.

Christian Galliou

Né en 1947, il pratique la méditation enseignée par Mahasi Sayadaw et la transmet lors d’ateliers hebdomadaires à Morlaix, en Bretagne. Suite à la rencontre en 1977 de maître Deshimaru, qui lui confia par la suite la responsabilité du dojo de Brest, il commença par pratiquer le Zen Soto. Puis sa rencontre avec le Vénérable Nyanadharo Visuddhinyano, en 1987, l’amena à suivre son enseignement pendant quinze ans. Avec son épouse, disciple de ce maître de 1976 à 2003, et après avoir expérimenté durant quelques années les cours de méditation Vipassana de Goenka, ils se sont rapprochés du monastère du Vénérable Nyanadharo.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Peux-tu m’apprendre à regarder ?

Poésie Zen et contemplation du monde.

Jardiner Bio de Pic

Et si vous deveniez un géant du vert ? Non un clone de l’Hulk de l’industrie agroalimentaire, mais un héraut de la...

Les 12 sagesses des animaux. S’inspirer des animaux pour vivre mieux de Yolaine de la Bigne

Dans son dernier livre, Les 12 sagesses des animaux, la journaliste Yolaine de la Bigne nous livre la quintessence d’un savoir...