©Frédéric Foubert

Le sonmudo : le corps et l’esprit en harmonie

Dans l’univers des arts martiaux, il en est un qui, petit à petit, se fait un nom : le sonmudo. Venu de Corée du Sud, il propose une approche globale de la pratique qui inclut la méditation assise, des exercices de type yoga ou Qi gong et un entraînement dynamique au « combat ». D’une approche plus douce et pacifique que les judo, karaté et autres arts martiaux, le sonmudo attire de plus en plus de personnes séduites par le bien-être qui découle de sa pratique.

« Tout ce qui est rare est unique », nous dit l’adage, nous pourrions ajouter « et se mérite » ! Ma curiosité éveillée à la suite de l’article consacré à cet « art martial très cool », j’ai pris rendez-vous avec Frédéric Foubert, son instructeur principal en France, pour découvrir au plus près ce que peut bien être cette discipline venue du « Pays du Matin calme ». Me voici donc un dimanche matin de novembre aux abords d’un gymnase situé dans la banlieue parisienne, à quelques encablures de l’aéroport d’Orly. Le clin d’œil que j’y vois aux fameux « moines volants » à l’origine de cette pratique me fait sourire…

En pénétrant dans la salle d’exercice, au lieu des combattants engagés dans des joutes féroces que je m’attends à trouver, j’aperçois une douzaine de personnes - dont une majorité de femmes – studieuses, plongées dans l’étude des symboles présents sur le drapeau national coréen : la terre, le ciel, le feu et l'eau. Chaque élément a son pendant : air et terre, feu et eau, yin et yang. Première approche de l'harmonie universelle. Celle-ci sera le fil rouge de la journée.

Un art martial zen

Néophyte dans cette discipline, je suis surpris par tout ce que je découvre. La pratique s’apparente plus à un yoga dynamique qu’à un art martial ou même à un sport de combat, à l’image de ce que peut être le judo ou le taekwondo. De plus, bien que la méditation soit présente dans la pratique, l’enseignement a été développé à l’attention des laïcs, la dimension religieuse en a donc été extraite. Aujourd’hui, le sonmudo est donc une méthode d’entraînement qui vise à harmoniser l’esprit, le corps et le souffle, en utilisant des mouvements dynamiques et puissants inspirés des arts martiaux, mais utilisés dans une pratique totalement pacifique.

©Antony Boussemart

La partie théorique terminée, les futurs instructeurs en formation me donnent maintenant un aperçu de ces fameuses techniques de combat. J’y retrouve immédiatement des positions similaires à d’autres arts martiaux. Mais tout est plus lent, chaque geste semblant être fait en pleine conscience. Ce qui n’empêche pas la sueur de s’écouler… Si le sonmudo n’est pas aussi dynamique que le karaté par exemple, celui qui s’est déjà essayé à faire un kata (un enchaînement codifié de techniques) sur un mode lent sait qu’il s’agit là d’un exercice très exigeant et particulièrement éprouvant. Les personnes présentes sont très mobilisées et bien que les postures soient parfois hésitantes, on sent qu’elles donnent le meilleur d’elles-mêmes pour s’exercer à cet « art martial zen ». En discutant ensuite avec elles, je découvre que certaines ont d’abord pratiqué d’autres arts martiaux, notamment le taekwondo, filiation coréenne oblige… C’est le cas de Christelle pour qui cela reste un mauvais souvenir après « avoir reçu des mauvais coups lors d’un entraînement avec un garçon plus jeune qu’elle ». Étienne, quant à lui, « ne se retrouvait plus dans la pratique du taekwondo » alors qu’il était ceinture noire 2e Dan. Et d’autres, comme Vanni qui se décrit comme étant à l’époque un « commercial hyper actif », en était arrivé à un tel stade de tension dans le corps au quotidien qu’il « devait tourner tout le torse pour pouvoir tourner la tête… » Tous insistent sur le fait que la pratique régulière du sonmudo leur a permis de se relâcher, de se retrouver, voire de se trouver tout court, à l’image de Sylvie qui se rappelle qu’elle était avant « d’une timidité maladive ». Le bien-être ressenti semble presque addictif, car sa voisine (qui porte le même prénom) n’a pas hésité à venir en voiture depuis l’Auvergne pour se former et être en mesure d’ouvrir un club dans sa terre d’adoption.

Le sonmudo, ou la souplesse du corps et de l'esprit

Frédéric Foubert décrypte ces expériences en soulignant combien « la pratique régulière dynamise la circulation de l'énergie vitale (le ki) », et ce faisant, « revitalise les organes et renforce les systèmes immunitaire, articulaire et circulatoire. » Si les pratiquants sont aussi épanouis, c’est que le sonmudo « favorise la souplesse du corps et de l'esprit, l'ancrage et la paix intérieure ». Qui ne serait pas tenté de s’essayer à cette voie ?

Le sonmudo est une méthode d’entraînement qui vise à harmoniser l’esprit, le corps et le souffle, en utilisant des mouvements dynamiques et puissants inspirés des arts martiaux, ET utilisés dans une pratique totalement pacifique.

L’après-midi, quelques curieux et débutants rejoignent les futurs enseignants. Des grimaces apparaissent ici et là sur les visages de ceux qui tentent les postures de yoga, certaines, particulièrement acrobatiques pour le néophyte que je suis ! L’atmosphère est concentrée, sereine et silencieuse. Là où d’ordinaire, dans un séminaire d’arts martiaux, ce sont des cris qui sont lâchés dans les assauts, ici les seuls bruits qui se font entendre sont ceux des articulations qui craquent, comme le petit bois qui crépite dans le feu d’une cheminée… Singulier, on vous dit.

C’est sur ce silence - intérieur et extérieur - que je m’éclipse, non sans repenser à ce que disait le maître zen Taisen Deshimaru : « Du silence s’élève l’esprit immortel ». Entre bruits et silences intérieurs, entre mouvements et non-mouvements zen, il y a bien là une voie vers une certaine harmonie. Saurez-vous parcourir ce chemin ?

Antony Boussemart Antony Boussemart est diplômé en japonais des Langues O. Pratiquant du bouddhisme vajrayana, il est également spécialiste des religions japonaises et travaille pour un centre de recherches spécialisé sur l’Asie. Il Lire +

Pour aller plus loin

École française et européenne du Sonmudo : www.sonmudo.eu

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Tibet oriental, Yarchen, la cité aux 10 000 méditantes de l’école Nyingmapa.

Guru Rinpoché, le maître « Grand précieux » en tibétain, aussi appelé Padmasambhava dont le sens signifie « Né de la fleur de...

Root Institute de Bodhgaya : au cœur de la compassion Mahayana

À Bodhgaya, important lieu de pèlerinage bouddhiste où tous les courants sont représentés, monastères et instituts abondent. Parmi...

Dergé : le joyau de la culture bouddhique traditionnelle tibétaine

Comment séjourner au Tibet oriental sans visiter Dergé que l’on pourrait traduire par « terre des vertueux » en langue tibétaine ?...