Le Bodhicaryavatara de Shantideva

Le Bodhicaryavatara de Shantideva ou, selon sa version française, L'Exposition des pratiques d'Éveil, est sans doute l'un des plus beaux fleurons de ce qu'on appelle le Bouddhisme du Grand Véhicule. Mais de quoi l'Éveil est-il exactement le nom ? C'est ce qu'essaie de dévoiler Alexis Lavis dans cet ouvrage, à travers certaines réflexions phénoménologiques, tout en révélant au lecteur la richesse sémantique des langues indo-européennes, qui cachent dans leurs racines des formes élémentaires d'être au monde... Sa traduction du chef-d'œuvre de Shantideva, à la fois moderne et rigoureuse, et la longue étude qu'il livre de ce texte permettront à chacun de découvrir une pensée radicalement autre, complètement méconnue du monde occidental, mais d'une beauté et d'une profondeur unique. Un ouvrage passionnant, qui offre une rencontre rare avec le bouddhisme véritable.

Le repos obtenu par tous les êtres suite à la destruction
Du mal-être en ayant œuvré pour le mieux,
Je le salue d’une joie intense.
Que tous les affligés s’établissent dans le bien-être !

Je salue avec joie les hommes qui se sont délivrés du mal-être.
Je salue avec joie les protecteurs qui sont bodhisattvas et Bouddhas.

Et je salue avec joie, parmi les maîtres
Ceux qui ont fait naître une aspiration océanique
Qui apportent bien-être à tous, et à tous leur secours.

J’en appelle aux Éveillés
Qu’ils allument le flambeau du Dharma
Pour ceux tombés dans le mal-être par ignorance.

Pour que les Victorieux ne soient pas pris
Du désir de souffler sur la flamme de leur vie,
Je les implore, les mains jointes au cœur
De demeurer pour un temps infini
Afin que ce monde ne soit plus enténébré

Les lumières que j’ai pu apporter jusqu’à présent,
Que je sois par elles celui qui saura apaiser les maux !

Je suis, pour ceux qui défaillent, le remède, le médecin et l’infirmier,
Qui soigne le mal de telle sorte que jamais il ne renaisse.

Par une pluie de mets et de breuvages
Puissé-je mettre à bas les tourments de la faim et de la soif
Et lors des temps de famine devenir moi-même boisson et nourriture.

Que je sois pour les miséreux un inépuisable trésor !
Et par des voies diverses et désintéressées,
Puissé-je servir au-devant de tous les besoins !

Toutes les richesses dont je suis la source,
Tous ces mérites accumulés dans les trois temps,
Je les abandonne sans arrière-pensée,
Pour que s’accomplisse le bien de tous les êtres.

L’entier retrait est Nirvana
Et mon âme en est avide
Aussi, puisque je dois laisser tout ce qui m’est cher,
Que tout le meilleur leur soit donné !

Ce « Moi », j’en fais un bonheur pour tous les êtres.
Qu’ils me tuent, qu’ils me conspuent
Et me couvrent sans cesse de poussière
Qu’ils jouent avec mon corps,
S’en moquent et s’en amusent
Mon corps leur est donné
À quoi bon m’en soucier !
Qu’ils lui fassent faire des actes qui soient un véhicule de bien-être !
Et qu’aucun dommage, jamais, ne prenne fondement sur moi !

Que les pensées courroucées et violentes de ceux qui m’en veulent
Soient la cause qui les mène à la réalisation de toutes les fortunes !
Ceux qui me calomnient, celui m’injurie
Cet autre qui me tourne en dérision,
Que tous participent de l’Éveil !

Je suis le protecteur de ceux qui sont sans protection
Et je suis le guide de ceux qui voyagent
Pour ceux qui désirent traverser, je suis le navire, le pont, et le gué
Je suis la lampe de ceux qui cherchent la lumière
Je suis le lit de ceux qui veulent le repos
Je suis le serviteur de ceux qui ont besoin d’être assistés
Je suis cela pour tous les vivants !
Je suis la perle qui exauce les vœux,
La corne d’abondance, la formule magique,
La panacée, l’arbre aux miracles
Et la vache sacrée des désirs comblés
Je suis cela pour tous les vivants !

La terre et les autres éléments sont pleinement disponibles
Pour les innombrables êtres qui peuplent l’espace tout entier
Ainsi pour ceux qui appartiennent à l’espace
Et qui ont de quelque manière l’être pour élément
Que je sois le soutien sans faille de leur vie,
Aussi longtemps que tous ne seront pas satisfaits !

(Chapitre III – Saisir l’Appel de l’Éveil)

Traduit du sanskrit par Alexis Lavis : La conscience à l’épreuve de l’Éveil. Lecture, commentaire et traduction du Bodhicaryavatara de Shantideva (Cerf, Collection Sagesses d’Asie, 2018)

Alexis Lavis Professeur associé de philosophie à l’Université Renmin, à Pékin, docteur et agrégé de philosophie, il étudie le Dharma depuis plus de vingt ans dans les traditions Gelugpa et Kaguypa, ainsi que dans celle du bouddhisme Lire +
Shantideva
©DR

Qui est Shantideva ?

Ce philosophe indien Madhyamika (687-763 après J.-C.), une branche du bouddhisme Mahayana, est l’auteur du texte classique le Guide du bodhisattva, le héros pour l’Éveil, aujourd’hui appris par cœur par de nombreux bouddhistes, particulièrement au Tibet. Fils d’un roi, il s’enfuit pour devenir moine. Comme il passait ses nuits à écrire et à étudier, et le jour à dormir, on le prit pour un paresseux stupide. Un jour, décidé à le piéger et l’expulser du monastère, on lui demanda d’enseigner. À la surprise de tous, il présenta l’un des enseignements les plus profonds et quitta le monastère pour vivre une existence d’ermite errant.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Le mystère des bols tibétains

Depuis des millénaires, la percussion et la résonance d’un simple récipient accompagne le chercheur spirituel sur son chemin. Pourquoi ...

Le yoga, instrument des nationalistes hindous

Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le Bharatiya janata party (BJP) a fait de la promotion du yoga l’un des axes de sa politique...

Gary Snyder, un bouddhiste engagé

Figure centrale de la Beat Generation, poète, traducteur et bouddhiste zen, Gary Snyder est aussi un pionnier du mouvement écologiste, un ...