Une entrevue avec le maître du Dharma en chef du bouddhisme Won USA

Publié le

Vén. Juksanim. Image de Won Buddhism USA

Le vénérable Juksanim a été officiellement nommé maître en chef du Dharma du Won Buddhism USA le 12 janvier 2021. Sotaesan, le fondateur du bouddhisme Won, a souligné la nécessité pour chaque pays d’avoir son propre maître en chef du Dharma. Il s’agit d’assurer la diffusion efficace des enseignements du bouddhisme Won, adaptés aux nuances culturelles distinctes de chaque nation. Reflétant cette vision, en 1999, un amendement intitulé « Le quartier général à l’étranger » a été incorporé à la Constitution du bouddhisme Won. Ce changement dans la structure a permis légalement la nomination d’un maître en chef du Dharma dans chaque pays, contribuant ainsi à la diffusion mondiale des enseignements du bouddhisme Won.

Le bouddhisme gagné enseigne le dharma qui devrait être davantage pratiqué à l’ère d’une civilisation scientifique développée. En ce sens, le bouddhisme Won en tant que religion vivante s’intègre très bien aux États-Unis, où la science avancée est développée et où l’aspect pratique est profondément valorisé.

(Ven. Juksanim)

Le vénérable Juksanim, leader du bouddhisme Won aux États-Unis, a une vision positive de son avenir en Amérique. Il note que de nombreuses personnes sont particulièrement attirées par le bouddhisme Won pour son approche pratique en tant que « religion vivante ». Ses enseignements, qui s’intègrent sans effort à la vie quotidienne, permettent aux pratiquants de s’immerger dans des pratiques spirituelles tout en équilibrant harmonieusement leurs responsabilités professionnelles et familiales, ce qui les rend très attrayants. Il prévoit que la nature pratique et accessible du bouddhisme Won continuera à susciter davantage d’intérêt et d’adeptes.

Alors qu’il y a un mouvement croissant vers la sécularisation, il y a simultanément une fascination croissante pour la découverte de la paix intérieure et de la spiritualité. En témoigne le nombre croissant de personnes pratiquant la méditation, soulignant un intérêt croissant pour les pratiques spirituelles dans un paysage laïc.

Vén. Juksanim observe cette tendance de première main. Les visiteurs du Won Dharma Center comprennent non seulement des personnes sans affiliation religieuse, mais également des adeptes de diverses confessions. Ces individus recherchent le Centre de méditation et assistent aux services du Dharma, sans se laisser décourager par les frontières religieuses. Pour eux, le bénéfice pour leur vie et leur bien-être mental est primordial, quel que soit le contexte religieux. « Le but fondamental de la religion est de faciliter la transformation et d’apporter une aide dans la vie des gens. Le Maître fondateur Sotaesan a souligné l’importance d’accepter la réalité et les façons dont nous pouvons transformer nos vies actuelles. La clé pour rendre une religion attrayante réside dans la démonstration des contributions altruistes que le bouddhisme Won peut apporter à la société et à ses individus.

Vén. Juksanim. Image de Won Buddhism USA

Le siège du bouddhisme gagné aux États-Unis organise régulièrement des retraites de méditation, incarnant l’essence des séances de méditation d’un mois pratiquées à l’époque de Maître Sotaesan. Vén. Juksanim précise : « Ces sessions de formation régulières favorisent une atmosphère d’apprentissage propice et offrent également l’occasion de réfléchir et de prendre conscience de l’importance de l’ère de Maître Sotaesan, en impliquant à la fois les laïcs et les membres ordonnés. » Il déclare en outre : « Le voyage de la foi et de la pratique religieuses est une série d’expériences. Les changements de vie sont propulsés par ces expériences. Sans eux, une religion est comme sans vie.

À l’heure actuelle, le Vén. Juksanim se consacre à établir une base solide pour adapter les enseignements bouddhistes Won au contexte américain. L’objectif est de développer une version du bouddhisme Won qui résonne et soit adaptée au paysage culturel et environnemental unique des États-Unis, grâce à des approches indépendantes et localisées.

Ce faisant, l’accent est mis sur la renaissance de l’esprit des débuts de Maître Sotaesan et sur la « puissance douce » consistant à investir dans la culture et les personnes. L’essence du soft power réside dans le développement des talents. On pense que même sans bâtiment physique, un seul pratiquant peut remplir le rôle d’un temple où qu’il se trouve.

On s’attend de plus en plus à ce que, sous la direction du Vén. Juksanim et le siège américain du bouddhisme Won, l’avenir du bouddhisme Won évoluera vers une version distincte de la forme établie du siècle dernier, une version qui incarne véritablement les enseignements initiaux de Maître Sotaesan. Les pratiquants ordonnés qui contribuent à cette vision sont considérés comme d’une valeur inestimable dans l’élaboration de ce nouveau chapitre du bouddhisme Won.

S’engager sur cette voie historique significative implique certes un sens des responsabilités. Cependant, le Vén. Juksanim considère cette responsabilité de manière positive, déclarant : « Une quantité appropriée de fardeau peut se transformer en une grande énergie. » Il maintient qu’avec le bon niveau de défi, le travail avance efficacement, et il reste intrépide, sachant que ces enseignements sont destinés à un public mondial.

Il souligne : « Pour mener une vie épanouie, il faut approfondir la compréhension de l’esprit. » Plus loin, il dit : « Tout comme nous nous réveillons chaque matin, l’esprit doit aussi s’éveiller à la vérité, en suivant un processus similaire. » Il préconise de « rechercher constamment l’éveil et, à travers lui, de reconnaître la gratitude et la grâce comme les clés d’une vie véritablement enrichie ».

Message du Nouvel An du Vén. Juksanim, maître du Dharma en chef du bouddhisme Won USA

Ensemble, devenons des bouddhas vivants en pratiquant le dharma essentiel de la pratique quotidienne

Le matin du Nouvel An s’est levé. Mon souhait sincère est que la paix, l’égalité et le bonheur tracent le chemin à parcourir pour l’humanité et tous les êtres sensibles. L’année dernière, d’innombrables vies ont souffert de grandes difficultés dues aux guerres, aux conflits, à la pauvreté, aux maladies et à diverses catastrophes. Cependant, derrière cette profonde obscurité, une aube lumineuse nous attend. Avançons maintenant vers une nouvelle vie avec un espoir renouvelé.

La Voie est si vaste et sans limites qu’elle transcende le temps et l’espace. Il est immuable, que l’on soit en action ou au repos. Nos vies existent dans la vérité de chaque instant, et chaque pensée est une manifestation de foi. Chaque action est réalisée sans s’écarter de la Grande Voie. C’est la méditation intemporelle et sans lieu de la triple pratique. C’est la manière véridique de pratiquer la méditation en action et au repos.

Cette année à venir, étudions et pratiquons Les dharmas essentiels de la pratique quotidienne, qui incarnent l’essence des enseignements du bouddhisme Won. Efforçons-nous d’atteindre la Grande Voie et de devenir des bouddhas vivants capables d’incorporer la Grande Voie dans notre vie quotidienne.

Sotaesan, le maître fondateur du bouddhisme Won a déclaré : « Si l’on s’exerce toujours avec la plus grande sincérité, en gardant son esprit libre d’être dérangé et trompé, tout en gardant son esprit libre de toute souillure, alors, avec ce pouvoir, on acquerra la capacité de délivrer même les êtres sensibles de l’enfer. En créant une affinité avec le bon dharma des bouddhas, ne serait-ce qu’une seule fois, une graine saine pour atteindre la bouddha est plantée.

Prenons les trois premiers articles du Dharma essentiel de la pratique quotidienne et la force motivante de « Foi, zèle, questionnement et dévouement » comme principes directeurs de nos vies. C’est le chemin qui mènera à une pratique fructueuse et au succès dans tout ce que nous entreprenons. Vivons une vie de gratitude, en harmonie avec toutes choses, et faisons une offrande de Bouddha à tous les êtres. Menons une vie autonome. Ayant le sens du service public, soyons toujours disposés à apprendre et à enseigner. Ce mode de vie bénéficiera grandement aux individus, aux familles, à la société et au monde.

Une époque est arrivée où l’ancien monde disparaît et un nouveau monde se construit. Transformons-nous en véritables praticiens vivants dont la vie n’est pas séparée de leur pratique quotidienne.

En pratiquant le Dharma essentiel de la pratique quotidienne, nous pouvons apaiser notre esprit, qui est à l’origine des bouleversements du monde. Cultivons une vie heureuse et prolongeons considérablement notre impact positif sur le monde. Ensemble, devenons tous des bouddhas vivants, les pionniers qui créent un paradis sur terre.

Alors que l’hiver s’approfondit, alors que le printemps arrive, je souhaite que la nouvelle année se déroule pour tout le monde comme la chaleur du soleil printanier, faisant fondre la glace et apportant du bonheur à tous.

Vénérable Juksanim
Maître du Dharma en chef du bouddhisme Won USA

Photo of author

François Leclercq

François Leclercq est le fondateur de Bouddha News, site internet qui a pour but de diffuser des informations et des conseils pratiques sur le bouddhisme et la spiritualité. François Leclercq est né et a grandi à Paris. Il a étudié le bouddhisme à l'Université de Paris-Sorbonne, où il est diplômé en sciences sociales et en psychologie. Après avoir obtenu son diplôme, il s'est consacré à sa passion pour le bouddhisme et a voyagé dans le monde entier pour étudier et découvrir des pratiques différentes. Il a notamment visité le Tibet, le Népal, la Thaïlande, le Japon et la Chine.

Laisser un commentaire