©Shutterstock

Prendre part au changement commence par soi-même

Nous avons été jetés d’un coup dans un autre monde, celui de la pandémie de Covid-19 et du confinement. Nous ne pouvons pas échapper à notre propre esprit. À quoi pensons-nous, comment nourrissons-nous notre quotidien quand les béquilles du travail et des obligations sociales sont tombées ?

Nous pouvons choisir d’utiliser ce temps pour entrer en amitié avec notre propre esprit, pour lui donner l’occasion de se manifester dans toutes ses dimensions. Pourtant la première chose que nous pouvons faire est simple : il s’agit de travailler sur nous-mêmes, de reconnaître comment notre peur mène le bal, peur des autres, peur de l’avenir, peur d’être jugé… Le vrai courage, c’est de regarder sa peur. Si nous le faisons, alors nous pouvons entrer en contact avec la réalité et avec les autres, là où nous sommes, dans notre propre écosystème, avec humilité et confiance, parce que nous n’avons rien à cacher. Le changement de société commence là.

Plus le monde sombre dans la peur et la confusion, plus grande est notre responsabilité de maintenir notre santé d’esprit et de faire rayonner la présence, la compassion et la confiance.

« Plus le monde sombre dans la peur et la confusion, plus grande est notre responsabilité de maintenir notre santé d’esprit et de faire rayonner la présence, la compassion et la confiance. »

Voici une pratique quotidienne pour rester dans l’ouverture et le contact, même à distance.

Commencer en soi-même

Méditer, c’est s’établir en nous-mêmes pour dépasser un état d'esprit craintif et réactif, une tendance à la victimisation. Dans cet espace sans tabou, fait d’amour et de respect pour soi, nous pouvons faire une pause quotidienne et regarder ce qui nous arrive comme une invitation à nous connecter aux sources profondes de la confiance.

Prenez votre posture habituelle de méditation. Posez-vous en vous-même et respirez profondément. Sentez vos pieds sur le sol, votre souffle, l’air qui entre et qui sort et vous connecte avec un espace plus vaste, ouvrez la fenêtre de votre cœur/esprit et la fenêtre de la pièce si vous pouvez !

Inspirez

Laissez venir vos émotions, l’espoir et la peur, la confusion, le contentement et l’irritation, la frustration… Quels que soient les sentiments qui surgissent, inspirez-les, ce sont les vôtres, ils ne vous menacent pas, ils sont une invitation à ne pas fuir, à mieux vous connaître.

Expirez

Relâchez-les dans l’espace extérieur avec le souffle. Laissez tout ce matériau de l’esprit se déposer comme des vagues sur le sable d’une plage.

Continuez aussi longtemps que vous le désirez en synchronisant votre démarche avec le souffle. Cela introduit de la détente, de l’air frais, la possibilité que tout cela puisse se transformer, que rien n’est figé.

Inspirez

Quand votre mental est plus calme, démêlez vos émotions, travaillez si possible avec une émotion à la fois, une pensée, une personne à la fois, cela peut être vous-même ou quelqu’un d’autre. Inspirez le sentiment qui surgit avec douceur.

Expirez

En laissant ce sentiment se dissoudre avec le souffle, non pas pour chasser le malaise, mais pour le détendre dans l’espace.

À chaque inspiration, amenez un sentiment, une situation à la conscience, et à chaque expiration, laissez-les se dissoudre. Ressentez l’espace ouvert ainsi créé en y apportant de la chaleur et de la bienveillance. Continuez pendant un certain temps, jusqu’à ce que vous touchiez votre vulnérabilité, votre propre tendresse dans le cœur.

Être ami avec soi-même

Au cours de ce processus, nous transformons les émotions, particulièrement celles qui nous paniquent, qui sont bloquées, dures, anxiogènes parfois, en ouverture du cœur. Nous le faisons sans y « penser », de façon directe, simple et synchronisée avec le souffle. Nous apprenons à travailler avec l’énergie « négative » sans panique, sans confusion, parce que nous comprenons qu’elle peut se transformer, évoluer. Nous utilisons la douceur et la simplicité qui consistent à être présent à la qualité de son émotion et à l’accueillir, plutôt que de la combattre ou de la dissimuler. Alors la confusion se transforme en connaissance de nous-mêmes, en tendresse pour soi-même et en bienveillance pour les autres.

Pour aller plus loin

Adresses :
– Pour suivre des méditations guidées avec Catherine Éveillard, voir le site : https://rennes.shambhala.fr ou la contacter par courriel : vivre@ceveillard.com.
– Le site du Presencing Institute fondé par Otto Scharmer :  www.presencing.org

À lire :
Le sourire du courage. Surmonter la peur, réveiller la confiance de Chögyam Trungpa (Pocket, 2014)
La Théorie U, renouveler le leadership : inventer collectivement de nouveaux futurs d’Otto Scharmer (Yves Michel, 2016)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Connaître, comprendre l’importance de la concentration dans la méditation : la pratique des jhanas !

En partenariat avec l’Institut d’Études Bouddhiques, voici un petit traité façon tuto pour tout savoir sur les jhanas.

Arrêter la course à l’Éveil et au bonheur absolu

Que l’on soit bouddhiste ou pas, la littérature et les conférences autour de l’Éveil, gage de bonheur absolu, font rêver. Selon les ...

Méditer par gros temps ! Prendre refuge

Conversion religieuse, prise de conscience ou voyage intérieur… Comment prendre refuge pour en trouver un ?