©DR

Moins d’ego… plus de joie ! Un chemin de liberté
Christophe Massin

L’ego : une illusion source de souffrance dont il faudrait se débarrasser au plus vite. C’est ce que nombre de traditions philosophiques et religieuses semblent affirmer, tant en Occident avec Pascal dénonçant un « moi haïssable », que dans l’Orient hindouiste et bouddhiste. Qu’en est-il en réalité ?

Dans la lignée du sage indien Swami Prajnanpad et d’Arnaud Desjardins, le psychiatre Christophe Massin propose, dans son dernier ouvrage, un « chemin de liberté » rendant possible l’équation intérieure : « moins d’ego, plus de joie ». Mais comment l’appliquer sans ébranler notre équilibre précaire fondé sur un moi bien solide qui assure aussi notre santé psychique ? Le thérapeute formé à l’occidentale s’est posé cette question, intimement comme dans le cadre de sa formation professionnelle psychiatrique, et le pari n’était pas sans risque. Oui, ce moi a besoin de se construire et d’être fort pour que nous puissions grandir en harmonie. Non, il ne doit pas prendre le pouvoir totalement et définitivement, au risque de nous couper des autres comme de notre réalité même. Quelle est-elle ? Et qui est ce moi ?

Christophe Massin décrypte cet infini questionnement au fil des pages avec une clarté et une simplicité bienfaisante, libératrice. D’abord, en nous permettant de comprendre pourquoi l’ego nous amène à vivre dans la peur de la perte, puis en réalisant qu’il s’approprie indûment tout ce dont il se sert pour fonctionner : nos capacités intellectuelles, nos pensées, nos émotions, notre mémoire et même notre conscience. C’est ce mécanisme d’identification qui emprisonne la conscience et engendre toute la souffrance humaine. Enfin, en nous aidant à accepter que l’ego « n’est pas l’ennemi à abattre, mais un passage incontournable, une condition universelle de l’expérience humaine à connaître intimement avant de la dépasser. »

Aussi, après s’être posé la question « Qui suis-je » (ou même « que  » suis-je), l’auteur nous invite à nous demander « Qu’est-ce que je veux ? », dans le monde relatif comme dans l’absolu. Une manière de dépasser l’opposition illusoire entre ces deux dimensions. Pour y répondre, il prend appui sur sa propre expérience, passant du particulier à l’universel, et propose un cheminement qui conduit à l’effacement, au détachement, pour mieux exister en harmonie avec autrui. En toute liberté

Sophie Viguier-Vinson Journaliste, Sophie Viguier-Vinson collabore à Sciences humaines, L’Express, Le Point, etc. Elle a découvert le bouddhisme himalayen en s’intéressant à la cause du peuple tibétain dans les années 90. Avec Eric Vinson, elle a Lire +

Pour aller plus loin

Moins d’ego… plus de joie ! Un chemin de liberté de Christophe Massin (Points, Collection Vivre, 2019)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

L’infini pouvoir de guérison de l’esprit selon le bouddhisme tibétain de Tulku Thondup

Tout le monde connaît ce dicton : « Un esprit sain dans un corps sain ». Eh bien, l’objet de ce livre de Tulku Thondup pourrait...

The life of my teacher. A biography of Kyabjé Ling Rinpoché par le Dalaï-Lama The magical play of illusion. The...

Voici deux ouvrages qui viennent combler un vide, et quel vide, car leurs sujets ne sont rien moins que les biographies des deux tuteurs...

Soûtra de l’Entrée dans la dimension absolue

Lire un Soûtra de plus de 600 pages est-il à la portée de chacun ? Peut-être, si l’on s’y plonge comme un enfant dans un conte de...