©Shutterstock.com

Méditer :
le pouvoir de la confiance

Quand vous méditez, vous explorez les différents aspects de votre esprit, vous apprenez à les percevoir, à les ressentir, à les éprouver, à les dompter, à les canaliser. Étape par étape, vous travaillez ainsi à vous rendre libre de tout ce qui vous prive de votre paix intérieure et vous découvrez le pouvoir de la confiance, dans votre vie de tous les jours : la confiance en vous, en autrui, dans l’existence. Votre esprit devient alors votre plus grand allié, un ami sur lequel vous pouvez vous appuyer pour avancer pour agir de manière juste. Avoir confiance dans vos potentialités, dans votre manière d’agir, dans ce que vous êtes, change votre rapport au monde et la qualité de vos relations. C’est le plus grand pouvoir dont vous disposez, et il ne dépend que de vous.

Fermez les yeux,
Adoptez la position de base,
Respirez profondément,
Corps et esprit sont complémentaires, dépendants l’un de l’autre. Travailler avec l’un, c’est se connecter à l’autre, et vice versa, y compris quand vous ne vous en rendez pas compte. Observez-vous comme si vous étiez un spectateur, neutre, en prenant conscience de la manière dont “se tient” votre corps. Sa position se répercute sur votre esprit et sur votre mental. Votre posture dit beaucoup de votre état émotionnel.

Les yeux fermés, dirigez votre regard vers la pointe de votre nez. Diriger votre regard ainsi canalise les pensées, les émotions et les énergies.
Inspirez et expirez ensuite plusieurs fois, en visualisant votre souffle circuler de vos narines à votre ventre, et inversement.
Détendu, vous percevez sous les pensées et les émotions qui vous agitent habituellement, un autre aspect de votre esprit, plus spacieux, plus lumineux, plus clair, plus constant.
Restez ainsi quelques minutes.

Méditez maintenant sur les relations que vous entretenez avec vous-mêmes, sur votre capacité à lâcher prise et à vous faire confiance.
Songez en détail à des situations où vous ne vous êtes pas fait confiance :
– Demandez-vous pourquoi ?
– Que s’est-il passé ?
– La culpabilité et les regrets sont des poisons mentaux très puissants. Posez un regard bienveillant, bon, compatissant sur vous.

Ainsi, ancré dans le moment présent, en lien par votre assise avec la Terre et avec le ciel, par votre souffle, dans cet état de quiétude, méditez sur vos qualités et sur la confiance. Pour vous aider, choisissez un personnage qui vous inspire tel que Milarépa, le Christ ou Nelson Mandela. Songez à leurs efforts, à leur courage, à la discipline qu’ils suivirent pour se transformer intérieurement. Leurs exemples inspirants montrent qu’il n’est jamais trop tard pour changer dès lors que nous le décidons. Et que nous pouvons tous faire ce choix de la confiance.

« Lorsque vous doutez de vous, que vous n’avez pas confiance en vous, songez au fantastique potentiel d’être humain qui est le vôtre et qui ne demande qu’à croître. Et vous serez heureux de découvrir ce trésor qui réside en vous. » Tenzin Gyatso, XIVe Dalaï-Lama

Quand vous sentez que vous avez progressé sur le chemin de la confiance, faites ensuite l’apprentissage de votre vulnérabilité. Confiance et vulnérabilité sont les deux faces d’une même médaille. S’éprouver vulnérable, c’est accepter ses fragilités et s’autoriser à faire face, sans se dérober, à ce qu’il y a de plus délicat en soi : sa douceur, sa générosité, ses limites, sa mortalité. En vous établissant dans votre vulnérabilité, vous vous éprouverez pleinement humain et vous découvrirez, en vous, une force, une stabilité et une joie infinie qui ouvriront, sans peur, en confiance, votre cœur à la réalité de l’impermanence.
La vulnérabilité est la porte qui mène à la confiance en soi, en autrui, dans la vie.

Pour terminer cet exercice

Laissez grandir une grande compassion en vous, vis-à-vis de vous-même. Elle vous soutiendra pour faire face aux mouvements et circonstances de votre existence.
Tout est énergie en mouvement. Rien n’existe en soi. Rien ne dure. Tout est évolution, fluctuation, métamorphose, transformation, mutation. Derrière les apparences matérielles grossières, l’impermanence et le mouvement règnent en maître.
Les mouvements qui vous traversent sont la vie même. Les suivre en confiance, sans fatalisme, mais par réalisme, vous permet de libérer votre esprit de préoccupations inutiles. Ce qui rend votre esprit ouvert, joyeux, créatif… et confiant.

« Tout ce qui vient à vous, vient à vous parce que vous l’avez attiré.
Tout ce qui vient à vous, vient à vous comme un défi et comme une opportunité pour progresser. »
Swami Prajnanpad

Belle route.
Soyez serein et faites-en profiter les autres

Catherine Barry Journaliste, et responsable de programmes à France Télévision, Catherine Barry est connue du grand public pour avoir présentée et été rédactrice en chef, entre 1997 à 2007, de la première émission hebdomadaire consacrée au Lire +
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

L’indicible séparation du corps et de l’esprit au moment de la mort

Ou comment dire un « oui » absolu à ce qui est.

Kintsugi

Ou comment les brisures réparées révèlent notre beauté intérieure.

Le bouddhisme, là où vous êtes, jour après jour Partie 4 : se satisfaire, ce n’est pas rien !

La peur de manquer est une très mauvaise conseillère. Elle nous pousse à nous épuiser à vouloir toujours plus pour un résultat qui...