©Shutterstock

Histoire de maître :
apprendre la vigilance et le calme avec son chat

Pourquoi les chats nous calment-ils tant ?

Le bouddhisme considère tous les êtres vivants, humains et animaux, comme susceptibles de parvenir à l’Éveil si leurs conditions de renaissance s’y prêtent. De nombreuses anecdotes mettent en scène la bienveillance, la compassion et l’affection de maîtres envers des animaux ; elles sont d’ailleurs une source d’enseignement à part entière. Prenons l’exemple des chats. En Asie, de nombreux temples les accueillent en toute liberté. Il semble que cette coutume ait pour origine une très ancienne légende qui relate l’histoire d’un grand maître bouddhiste qui ne méditait jamais sans son chat à ses côtés. L’animal étant particulièrement calme et attentif, comme tout bon méditant, et il le considérait comme essentiel à sa pratique.

Au quotidien, cela résonne en moi depuis que notre famille a accueilli notre chat Noé, un Sacré de Birmanie. Mon souhait était de m’appuyer sur le caractère tranquille et naturellement communicatif de cette race pour aider mon fils de neuf ans, extrêmement turbulent, à retrouver un peu de calme et de concentration à la maison. J’étais loin d’imaginer que cette adorable boule de poils aux yeux célestes allait nous donner bien plus que tout ce que j’avais pu espérer… Explications.

« Ronronthérapie »

Mon fils a toujours été un petit être sautillant et curieux. Peu enclin à s’asseoir en silence sur un zafu, il papillonne joyeusement d’une activité à une autre et aime être au centre de mon attention. Or, si je suis incapable d’ignorer ses demandes intempestives, parfois, Noé, lui, le fait très bien. Libre, le chat fait ce qu’il a à faire - manger, dormir, jouer - sans chercher à plaire. Les chats vivent au présent. Peut-être est-ce la raison de leur extrême vigilance ?

« Le ronronnement est un remède universel qui pourrait être « utilisé » de manière encore plus utile chez les personnes esseulées ou en dérive mentale : maisons de retraite, établissement de soin et pourquoi pas maisons d’arrêt. »

Non content d’être un formidable enseignant sans le vouloir, Noé calme également tous ceux qui le côtoient. La « ronronthérapie », initiée en 2002 par le vétérinaire Jean-Yves Gauchet, est une discipline qui fait l’unanimité dans notre famille : aucun stress ni aucune agitation ne résistent aux câlins de Noé ! Mais pourquoi cette douce et mystérieuse mélodie nous fait-elle tant de bien ? Le ronronnement est en fait une contraction du larynx qui produit des ondes de basses fréquences, de 20 à 50 hertz. Ces ondes favoriseraient la production de l’hormone du bien-être et de la sérénité : la sérotonine.

Ce que confirme un amoureux des chats, Bernard Werber (lien hypertexte Itw Bernard Werber), qui a publié plusieurs livres à leur sujet chez Albin Michel et qui dit en substance : « Ce ronronnement est un remède universel qui pourrait être « utilisé » de manière encore plus utile chez les personnes esseulées ou en dérive mentale : maisons de retraite, établissement de soin et pourquoi pas maisons d’arrêt » (1). Les chats seraient-ils les meilleurs amis de l’homme finalement ?

Kara Molinari Kara Molinari est avant tout une chercheuse passionnée. Depuis son adolescence, elle s’interroge sur question la plus métaphysique qui soit : qu’est-ce que l’homme ? Diplômée d’un Master en Histoire et d’un Master 2 en Lire +

Notes

(1) Extrait tiré de l’Encyclopédie du savoir relatif et absolu des chats de Werber (Albin Michel, 2019)

Pour aller plus loin

Sa Majesté des chats de Bernard Werber (Albin Michel, 2019)

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Pourquoi il est recommandé aux moinesde ne pas manger après midi

Quand suivre la voie du milieu commence déjà à table.

Cuisiner pour se réconcilier avec le vivant

Comment retrouver notre place d’humain au sein de l’univers à travers le « bien manger ».

La cantine de l’instant présent de Victoria Werlé :Tatin de fenouils & oignons rouges

Adepte d’une cuisine instinctive et spontanée (en japonais « Ima » signifie « instant présent »), Victoria Werlé s’est...