©Shutterstock

B comme Bruit

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais quand je veux méditer ou tout simplement me reconnecter à moi-même, le bruit m’insupporte et me pousse à éprouver des émotions conflictuelles et à m’éloigner de moi. En prendre conscience m’a permis de décider d’en faire un super maître et d’être à l’écoute de ce qu’il m’apprend de moi.

Parmi les espèces les plus fragiles et les plus sensibles aux vicissitudes de leur milieu naturel se trouvent le grand requin blanc, le panda géant et nous... les humains. Car si, contrairement aux deux premiers, nous ne sommes pas en voie d’extinction, notre environnement conditionne grandement notre longévité et notre bien-être intérieur. Prenons l’exemple du bruit. Selon l’OMS, une personne très exposée perdrait en moyenne dix-huit mois d’espérance de vie ! Et, en France, trois personnes sur quatre vivent en ville. Or les villes sont bruyantes : bus, deux roues, camions poubelles, klaxons, sirènes, marteaux piqueurs… Le vacarme n’est jamais loin, à toute heure du jour et de la nuit.

Faut-il lutter ? Porter des boules Quies ? Chercher absolument un endroit calme où s’asseoir en lotus ou autre selon vos possibilités ? Ou, au contraire, choisir une autre voie, celle d’embrasser le bruit, d’accepter ce que l’on ne peut pas changer ?

Exercice

Là où vous êtes, asseyez-vous. Commencez à inspirer et à expirer en prêtant attention à tous les bruits qui sont autour de vous. Mettez un nom sur chacun d’eux, appréciez-les de manière neutre, sans porter de jugement sur eux, comme si vous faisiez la connaissance d’un nouvel ami.

Puis, reliez-vous aux êtres humains associés à ces bruits, qui travaillent, vivent, font de leur mieux à cet instant. Éprouvez de l’empathie pour eux. Et constatez : les bruits qui vous auraient agacé avant cette pratique vous relient à toutes ces personnes et forment entre vous et elles des liens invisibles puissants, joyeux, qui vous montrent un nouvel aspect de la réalité, une autre manière d’être au monde.

Remarquez que le bruit est devenu un élément majeur de votre pratique de méditation. Aussi, éprouvez de la gratitude pour ce qu’il vous enseigne.

Lorsque vous avez savouré ce moment, souhaitez du bien, éprouvez de la compassion et de la bienveillance pour les êtres présents et pour toute cette vie qui abonde autour de vous.

Puis concentrez-vous sur le va-et-vient de votre souffle et remarquez que la concentration est possible autrement que dans le silence. Et que le bruit est devenu un élément majeur de votre pratique de méditation. Aussi, éprouvez de la gratitude pour ce qu’il vous enseigne.

À ce moment-là, le bruit devient pour vous une manifestation miraculeuse de l’esprit. Il n’est plus votre ennemi. Vous ne ressentez plus de conflit avec le monde extérieur. Vous êtes en paix et cette paix va influer sur votre journée, vos relations aux autres et votre santé

Kara Molinari Kara Molinari est avant tout une chercheuse passionnée. Depuis son adolescence, elle s’interroge sur question la plus métaphysique qui soit : qu’est-ce que l’homme ? Diplômée d’un Master en Histoire et d’un Master 2 en Lire +
Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

La méditation laïque : une pratique parfois mise au service de la performance ?

Beaucoup de gens sont intéressés par la méditation, mais certains, mal informés, se trompent dans leur démarche, dans leur envie de...

Connaître, comprendre l’importance de la concentration dans la méditation : la pratique des jhanas !

En partenariat avec l’Institut d’Études Bouddhiques, voici un petit traité façon tuto pour tout savoir sur les jhanas.

Arrêter la course à l’Éveil et au bonheur absolu

Que l’on soit bouddhiste ou pas, la littérature et les conférences autour de l’Éveil, gage de bonheur absolu, font rêver. Selon les ...