©Shutterstock

Le bonheur et la santé selon Bouddha

« S’abstenir de tout mal, cultiver le bien, purifier son cœur, voici l'enseignement des Bouddhas. » Dicton bouddhiste

Selon le Bouddha, rester en bonne forme et être heureux suppose de préserver un état intérieur pacifié, en toute circonstance. L’étude des textes philosophiques, la pratique de la méditation, de la discipline et de l’éthique, ainsi que le fait de donner la priorité à autrui, tout cela permet de les acquérir durablement.

Cela posé, il importe de comprendre que cette sérénité, cette tranquillité stable et heureuse de l’esprit et du cœur, ne s’acquiert pas par magie, en un clin d’œil. Cela demande du temps. Pour tout le monde. Mais nous pouvons tous atteindre ce résultat en appliquant des moyens adéquats pour canaliser et discipliner notre esprit, nos émotions, nos pensées et, ce faisant optimiser notre vitalité. Ces moyens ont été décrits par le Bouddha en se basant sur sa propre expérience. Une expérience et une connaissance qu’il affina lors de sa dernière vie, pendant, plus de quarante ans. Si, vous aussi, vous voulez obtenir des résultats concrets, vous devez donc vous armer de patience, de diligence et ne pas perdre de vue le but que vous vous fixez. Avoir un cap aide à traverser les tempêtes, les moments de troubles, les difficultés inhérentes au quotidien de chacun.

Le 1er enseignement du Bouddha : Les Quatre Nobles Vérités

C’est en quelque sorte une méthode en quatre points pour connaître les causes de la souffrance et pour s’en libérer. Cette méthode a valu au Bouddha l’un de ses surnoms : « Le Grand Thérapeute ».

1re Noble Vérité : Tout est souffrance. C’est le diagnostic. Nous le posons en constatant que nous sommes tous soumis à la souffrance, y compris quand nous nous pensons heureux. Car nous savons, au fond de nous, que le plaisir et les moments de bonheur ne sont pas destinés à durer. Reste que des causes objectives peuvent exister, par exemple quand on est blessé. C’est ce que l’on nomme la souffrance en soi.

2e Noble Vérité : il y a des causes à l’origine de la souffrance. Les transformer, les maîtriser, suppose de les définir, de les déterminer. C’est ce qu’on nommerait en médecine l’étiologie, la recherche des causes.

3e Noble Vérité : tout étant par nature impermanent, la cessation de ces causes est possible. Nous pouvons donc guérir de la souffrance si nous traitons ses causes. Pour continuer l’image médicale, il est possible de guérir en agissant sur les causes.

4e Noble Vérité : les différentes étapes décrites de la voie bouddhiste conduisent à la cessation de la souffrance. Elles comprennent notamment l’entraînement à l’éthique (parole, activité et façon justes de se comporter et de gagner sa vie) ; à la méditation ; à la sagesse pour comprendre les torts que provoquent les actions négatives ; à la concentration supérieure, par la mémoire ; à la concentration et l’équanimité ; et à la vue et à la pensée correctes. Les différentes étapes de la voie sont indiquées dans la prescription générale.

Les Quatre Nobles Vérités sont en quelque sorte une méthode en quatre points pour connaître les causes de la souffrance et pour s’en libérer. Cette méthode a valu au Bouddha l’un de ses surnoms : « Le Grand Thérapeute ».

Les autres enseignements du Bouddha concernent les principes permettant de mener une existence quotidienne sereine :
- Prendre en compte que rien n'existe sans cause originelle et que tout est lié.
- Considérer toute chose comme étant aussi éphémère qu’une étoile filante, un mirage, une flamme, une goutte de rosée, une bulle sur l'eau.
- Agir en réfléchissant aux conséquences de ses actes. La loi du karma, de la causalité, dit en effet que toute action a des conséquences positives, négatives, neutres, selon la motivation qui la sous-tend et selon sa nature.

Si vous suivez ces conseils :
- Vous deviendrez peu à peu comme l’enseignent les sages, « une île qu’aucun flot ne pourra submerger » et vous saurez surfer avec vos énergies et celles du monde environnant.

Les enseignements du Bouddha s’adressent à tous les êtres, quelles que soient leurs cultures et l’époque où ils vivent. Ce qui le rend universel. Aussi, adoptez ces principes et comportements en développant la pleine attention, la concentration, l’équanimité, les émotions positives, et efforcez-vous d’être autonome, car comme l’a dit le Bouddha à la fin de sa vie : « Travaillez sans relâche, gardez votre intention concentrée, surveillez vos pensées et soyez votre propre lampe ».

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Connaître, comprendre l’importance de la concentration dans la méditation : la pratique des jhanas !

En partenariat avec l’Institut d’Études Bouddhiques, voici un petit traité façon tuto pour tout savoir sur les jhanas.

Arrêter la course à l’Éveil et au bonheur absolu

Que l’on soit bouddhiste ou pas, la littérature et les conférences autour de l’Éveil, gage de bonheur absolu, font rêver. Selon les ...

Méditer par gros temps ! Prendre refuge

Conversion religieuse, prise de conscience ou voyage intérieur… Comment prendre refuge pour en trouver un ?