©Shutterstock

30e anniversaire du prix Nobel de la Paix.
Le Dalaï-Lama sur le toit du monde

On attendait Nelson Mandela, Mikhaïl Gorbatchev, Vaclav Havel ou les dissidents tchécoslovaques… Ce fut finalement le Dalaï-Lama qui reçut le prix Nobel de la Paix. En effet, ce 5 octobre 1989, à Oslo, le chef spirituel des Tibétains, exilé depuis sa fuite de Lhassa en mars 1959, était récompensé pour sa lutte non-violente en faveur de l’indépendance de son pays. Par ce geste, le Comité Nobel entendait à la fois célébrer le trentième anniversaire de la répression chinoise au Tibet, mais aussi le combat altruiste du Dalaï-Lama en faveur de la paix dans le monde. Au cours de la conférence de presse, le XIVe Dalaï-Lama, Tenzin Gyatso, déclara que « les Tibétains font face aujourd’hui à une réelle possibilité d’élimination et en tant que peuple et en tant que nation ». Le monde entier, à l’exception de Pékin qui fit part de son « indignation », salua cette distinction, qui allait changer durablement la perception du bouddhisme en Occident. Aujourd’hui, le Tibet est toujours sous occupation chinoise.

 

La Rédaction

Liker, Partager !