©Pascale Barithel

Secrets de méditation
de Davina Delor

Vivant dans son centre monastique du Poitou, Chökhor Ling, où elle transmet des enseignements spirituels et la pratique de la méditation, du yoga et du qi gong, Davina Delor, moniale bouddhiste dans la tradition Gelugpa du bouddhisme tibétain, rebaptisée Gelek Drölkar, a eu le loisir d’approfondir ce que d’aucuns appellent une « pratique immobile ». Sans dogmatisme ni recettes toutes faites, mais avec un véritable esprit d’ouverture, elle livre quelques clés personnelles pour ne pas confondre solution miracle et chemin intérieur. Elle l’annonce dès la couverture de l’ouvrage : « Méditer, c’est contempler la lumière de paix qui est en soi. » Pour cela, Davina décrypte, pas à pas, douze méditations pour accompagner le lecteur et l’aider à se transformer. Car, comme le résume l’autrice dans sa note d’intention, « s’éveiller à la méditation, c’est apprendre à aimer à se réconcilier avec soi et les autres à apprécier ce qui nous est donné. Méditer ne tient pas en une méthode, mais à un état d’être. La méditation est un chemin intérieur qui invite à prendre rendez-vous avec le meilleur de soi-même. » Plus qu’un livre, voici un véritable cours privé, à domicile, puisque ce Secrets de méditation est accompagné d’un CD de méditations guidées par la douce voix de Davina sur une musique de Logos, compositeur spécialisé depuis trente ans dans les grands espaces sonores.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Méditasoins. Petites méditations pour grands maux de l’enfant : Professeur Tu-Anh Tran

Ce manuel de soins par la méditation présente vingt cas cliniques et quatorze méditations simples permettant aux enfants de...

Himalaya-Népal. Ermitages en Pays Sherpa de Yann Rollo van de Vyver et Jigmé Thrinlé Gyatso

L’aventure commence en 2010 dans le réfectoire d’un monastère, sur les hauteurs de Katmandou. Le photographe Yann Rollo van...

Dzogchen et Tantra : Chögyal Namkhai Norbu

« Les enseignements Dzogchen sont l’essence de tous les enseignements tibétains, si directs qu’ils furent toujours...