Vénérable
Nyanadharo

Magali • Berstheim, France

Au cours d’une séance de méditation zen soto…

Cher Vénérable,

Au cours d’une séance de méditation zen soto, j’ai commencé à pouvoir me fondre dans la pièce, parmi les objets, plantes et les gens. Puis cette « fusion » s’est étendue au-dehors, vers l’extérieur, et elle aurait pu englober l’univers entier. Je n’étais plus rien, je faisais partie d’un tout. Tout était parfait. Qu’est-ce que c’était ? Et surtout comment gérer le bruit et les gens après cela, car c’est très violent d’être dans la rue la rue après une telle méditation ? Merci de votre réponse.

 

Vénérable Nyanadharo : Tout d’abord, si vous pratiquez le zen soto, pour ne pas multiplier les méthodes d’enseignement et par correction vis-à-vis de votre instructeur, il serait plus légitime de prendre son avis.

Concernant cette « fusion », il peut en effet parfois se produire des expériences de ce type. Cette expérience ne sera juste que si l’harmonie ressentie pendant celle-ci se poursuit après, dans l’agitation du monde qui nous entoure, mais comprenez qu’aimer et s’attacher aux visions de lumière, à la concentration lorsqu’elle est très bonne ou même à l’extase mène sur le mauvais chemin qui entrave le progrès dans la connaissance de la vision pénétrante.
 Persévérez sans chercher à retrouver quoi que ce soit et continuez patiemment votre pratique afin que l’ego ne se saisisse pas de cette expérience ; vous perdriez beaucoup de temps et d’énergie avec le risque de vous couper du monde. Par votre méditation, le détachement doit progressivement se développer vis-à-vis de toutes les expressions formelles produites par nos cinq sens et le mental, de la plus banale à la plus « merveilleuse ».

 


 

Pour poser une question au Vénérable Dagpo Rinpoché, au Vénérable Nyanadharo ou au Dr Dinh Hy Trinh : Questions B.

Les questions des abonnés à notre newsletter Plan B seront prises en priorité. Pour vous abonner gratuitement : Plan B.

Liker, Partager !