©DR

Pour l’amour du monde, les pérégrinations d’un moine bouddhiste de Yongey Mingyour Rinpoché – Le livre du bouddhisme et de la vie du XXIe siècle

Si vous souhaitez conservez vos certitudes, vos identifications à vos souffrances, ne lisez pas cet ouvrage qui va devenir très vite une référence absolue sur la manière dont nous devrions appréhender le bouddhisme, et plus largement l’ensemble de nos existences au XXIe siècle, pour changer de paradigme sur un plan personnel et sociétal. Qui ne souhaite pas en effet essayer de toucher du doigt, par lui-même, ce qu’est le sens de l’existence et découvrir comment la mener à bien, dans les conditions qui sont les siennes, pour faire naître en lui, une paix intérieure qui conduit à la fois à l’amour de soi, des autres, du monde ? Ce livre, en racontant pas à pas l’expérience de Mingyour Rinpoché, un maître rare car toujours prêt à remettre en question ses acquis et croyances, cueille le lecteur au cœur de son être, là où se terrent ses angoisses, sa vulnérabilité, ses difficultés à vivre, tout ce qu’il cache à ses propres yeux et à ceux des autres, pour le laisser ensuite, à la dernière page, comme son auteur, libre d’une grande partie de ses conceptions erronées. Le voyage proposé, une expérience sans filet pour se trouver, est une plongée vivifiante dans le vide de nos espérances.

Exceptionnel, puissant, dérangeant, bouleversant, ce témoignage dit, sans jamais donner ni leçons ni indiquer de recettes miracles, ce qui est un sacré tour de force à notre époque, l’importance de se confronter, sans concession, à chaque instant de nos quotidiens à l’impermanence et à la mort. Cette invitation, loin de n’être que théorique, s’appuie sur le chemin intérieur et physique du moine Mingyour Rinpoché, dont les interrogations, les doutes, les peurs, les souffrances, les difficultés à pratiquer ce qu’il a appris, le rendent terriblement proches de nous, et magnifiquement normal. Un frère en humanité qui, comme nous, se pose les mêmes questions, souffre des mêmes choses ou presque, y répond parfois aussi maladroitement. Son histoire pourrait sembler banale : il décide un jour – sans en avertir qui que ce soit, mais c’est là une décision longtemps mûrie – de tout laisser de ses immenses prérogatives dans ce milieu du bouddhisme tibétain où il est reconnu, admiré, protégé, servi comme un prince du dharma, pour vivre quelques années (il ne sait pas combien de temps au départ) un quotidien fait d’abandons successifs à ce qu’il croit, aux concepts qui l’on nourrit depuis l’enfance, pour découvrir « qui est ou n’est pas ce fameux Mingyour Rinpoché » quand le faste et les obligations de sa charge n’existent plus au regard de ceux qui suivent ses enseignements et le protègent habituellement. Comme le Bouddha en son temps et d’autres grands ermites et yogis ensuite, son besoin de vérité, exigeant, le conduit à renoncer à tout, et notamment « à ses idées sur ce qui est réel » en reconnaissant dans chaque souffle, entre deux idées, dans ce qui semble permanent, « ce moment de la mort qui nous permet d’habiter facilement le cycle continu de la mort et de la renaissance. »

Cet ouvrage invite chaque lecteur, bouddhiste ou pas, à se connecter, à se relier à la réalité de l’éphémère qui rythme son existence et à cesser d’être dans le déni de « ce qui est ».  « La réalité de la mort au-delà de la mort n’a ni commencement ni fin. C’est cette mort qui permet à notre temps limité dans ce corps impermanent de s’épanouir et nous donne la possibilité de vivre intimement avec nous-mêmes et avec les autres. Quand on cherche à accepter la constance de la mort et de la renaissance, la plus grande difficulté réside dans notre résistance à l’impermanence et dans nos efforts désespérés de maintenir en place ce qui change par nature. »

En racontant sans langue de bois le trajet intérieur qu’il parcourt, Mingyour Rinpoché nous fait un immense cadeau. Moine respecté et suivi par des milliers de personnes dans le monde, il déchire un à un les voiles des apparences pour nous montrer que malgré son statut, il est d’abord un être humain comme nous, avec ses failles et ses difficultés à mettre en pratique ce qu’il a appris. Ce récit est si concernant, si fort, que j’ai dû m’en imprégner pas à pas, à petite dose, tant il m’a émue, transpercée et rassurée en même temps, en constatant que la voie du Bouddha est réellement celle d’un homme qui a parlé à tous les êtres, sans distinction.

Pour aller plus loin

 Pour l’amour du monde, les pérégrinations d’un moine bouddhiste de Yongey Mingyour Rinpoché (Fayard, 2019)

• Conférence de Yongey Mingyour Rinpotché et Matthieu Ricard le 9 septembre à Paris
> En savoir plus

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Discovering Sacred Texts : le super cybersite du sacré

Plus qu’un site, cette nouvelle plateforme de la British Library est une véritable bibliothèque des traditions spirituelles en ligne....

Exposition de Christian Kokon Gaudin Du 14 au 29 novembre à l’Atelier Capifrance, Paris

Christian Gaudin est un scénariste et un dessinateur de bandes dessinées et de livres illustrés. D’abord...

La méditation, c’est la vie de Gaëlle Piton

Gaëlle Piton est sophrologue et enseigne la méditation de pleine conscience, qu’elle a découvert à travers le...