©Shutterstock

Le rythme fou de la roue de la vie

Des dieux aux enfers, en passant par le monde des humains, présentation du cycle des existences.

Pour le bouddhisme, tous les êtres sont prisonniers de la roue du cycle des existences depuis un temps immémorial. Cette roue du samsara est tenue par un monstre – l’impermanence – qui la dévore.

Tel est bien le socle de l’enseignement du Bouddha : tout change et notre volonté de fixer ce flux ne fait que créer davantage de souffrances et nous enfermer dans un cercle vicieux.

Tout en bas sont représentés les enfers qui correspondent à la colère et la haine. À droite, nous voyons le royaume des animaux qui sont animés par l’ignorance. À gauche demeurent les fantômes affamés qui ont un cou très fin et un gros ventre. Ils sont mus par l’avidité et l’orgueil. Si bien que le monde semble pour eux un désert aride.

Tout en haut se trouve le monde des dieux, où règne une félicité ignorante. Ils sont en lutte avec le monde des titans, qui sont animés d’une jalousie constante, d’un souci de compétition qui ne leur laisse aucun instant de répit. Le monde humain est, quant à lui, régi par le désir qui les laisse toujours insatisfaits.

Nous passons de moment en moment, d’un état à l’autre, et visitons lors d’un instant de grande claustrophobie le royaume des enfers pour ensuite nous retrouver, par exemple, hébétés dans celui des animaux.

Pourtant en chaque monde, à chaque instant, le Bouddha se trouve là et nous rappelle la possibilité de l’Éveil

Fabrice Midal Fabrice Midal est philosophe à la manière des penseurs de la Grèce antique, pour qui la philosophie était d’abord un art concret du mieux-vivre au quotidien. Il est également l’un des principaux enseignants de la méditation Lire +

Notes

Extrait de son ouvrage Le bouddhisme à travers 100 chefs-d’œuvre (Presses de la Renaissance, 2007)

N.B. : La photo d’ouverture de l’article n’est pas tirée du livre de Fabrice Midal.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Samadhi

Décryptage d’un faux frère jumeau linguistique.

Paramita

Para-quoi ? Petite définition d’une notion majeure.

L’amour dans le Mahayana

Que se cache-t-il derrière ce terme fourre-tout qui nous fait parfois faire n’importe quoi ?