©Shutterstock

La sagesse des trois corbeaux

Pour apprendre à devenir un vieux sage !

Un jour, trois jeunes corbeaux durent se soumettre à une épreuve organisée par les corbeaux adultes qui voulaient voir si leurs petits étaient prêts à voler avec eux.
Le chef du clan demanda au premier corbeau :
– Que crois-tu que les corbeaux devraient craindre le plus dans ce monde ?
Le jeune corvidé réfléchit un instant et répondit :
– Une flèche parce qu’elle peut nous tuer d’un seul coup.
Les anciens trouvèrent que c’était une très bonne réponse et levèrent leurs ailes pour manifester leur joie et crier, en chœur :
– Ce que tu dis est vrai. Bienvenue dans la communauté !

Vint ensuite le tour du second corbeau. Le chef posa la même question qu’au premier.
– Et toi, que crois-tu que nous devrions craindre le plus ?
– Un bon archer est plus dangereux qu’une flèche. Sans l’archer, la flèche n’est qu’un bout de bois, comme la branche sur laquelle je suis assis maintenant.
Les corbeaux impressionnés trouvèrent sa réponse intelligente.
– Nous sommes très contents de pouvoir t’accueillir dans notre communauté.

« On ne saura jamais où va la flèche d’un tireur débutant. Et l’on ne saura pas alors ce qu’il vaut mieux faire : bouger ou rester immobile. »

Le chef des corbeaux demanda alors au troisième jeune :
– Et toi, que crois-tu que nous devrions craindre le plus ?
– Rien de ce qui a été dit jusqu’à présent. Ce qu’on devrait craindre le plus, c’est un tireur débutant, dit le jeune oiseau.
Quelle réponse étrange ! Les corbeaux étaient perplexes.
– Que veux-tu dire par là ?
– Mon deuxième camarade avait raison : sans un tireur, il n’y a pas de raison de craindre une flèche. Mais la flèche d’un bon tireur ira là où elle doit aller. Donc si l’on écoute le bruit de la corde de l’arc, il n’y a qu’à voler à droite ou à gauche pour échapper à la flèche. Mais on ne saura jamais où va la flèche d’un tireur débutant. Et l’on ne saura pas alors ce qu’il vaut mieux faire : bouger ou rester immobile.

Quand les autres corbeaux entendirent cela, ils comprirent que ce jeune corbeau possédait déjà une véritable sagesse, qu’il pouvait voir au-delà des choses. Et lui demandèrent de devenir le nouveau leader du groupe.

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Se libérer de ses fantômes

Quand colère, cruauté et culpabilité font mauvais ménage.

Ruru jâtaka : la merveilleuse histoire du cerf au pelage d’or ou lorsque la bonté change le monde.

Partie intégrante de la littérature bouddhique canonique, les jâtakas (ou « vies ») relatent les nombreuses vies...

La beauté d’une vie simple et juste

Il n’est pas rare de voir celle ou celui qui commence à arpenter le long chemin des éveillés attendre trop de la pratique, cultiver...