©DYOD

Des signes qui ne trompent pas
de Pierre Kroll

« Se presser de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. » On pense à la maxime de Beaumarchais en découvrant le dernier ouvrage de Pierre Kroll. Dans Des signes qui ne trompent pas, le caricaturiste belge rassemble 300 dessins humoristiques sur tous les signes annonciateurs de l’effondrement de notre civilisation industrielle. Parmi lesquels le dérèglement climatique et son cortège funèbre : sécheresses, canicules, augmentation du niveau des océans, fonte accélérée des glaces, inondations, etc. Mais aussi l’effondrement de la biodiversité, les pollutions (emballages plastiques, marées noires, etc.), la prolifération du nucléaire, l’épuisement des ressources naturelles, les dérives de l’agro-industrie ou encore les inégalités sociales et Nord-Sud. En trois traits de crayons et deux bulles, Pierre Kroll nous interpelle avec profondeur sur l’injustice climatique. Comme dans ce dessin où l’on voit deux habitants du Bangladesh, les corps immergés dans l’eau boueuse suite à une inondation, en train de commenter les actualités :
- Il paraît qu’avec le réchauffement, les gens du Nord ne pourront plus faire de ski.
- Les pauvres !

Alors que la cathédrale du vivant n’en finit pas de brûler, nos dirigeants politiques et économiques continuent de regarder ailleurs. Face à cet aveuglement, Pierre Kroll cite le philosophe Michel Serres : « S’il y a une voie pour un signal moral, c’est le rire ». Et propose d’éveiller les consciences grâce à ce livre teinté d’un humour noir « très belge ! » pour qu’enfin nous passions à l’action. Inspiré, là encore, par Michel Serres qu’il cite dans son avant-propos : « Si vous faites des livres catastrophiques seulement, si vous faites des pessimismes seulement, nous n’allons plus agir ».

Ses dessins, publiés pour la majorité dans les médias depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui, restent - dramatiquement - intemporels. Tel cet Américain obèse qui tend une liasse de dollars à un Africain famélique en lui disant : « Tenez, mon vieux, un peu d’agent et je pollue à votre place ». Même si certaines caricatures font écho à une actualité précise. Par exemple, ce dialogue entre deux pingouins pour illustrer, comme l’indique l’auteur, « le mois de juillet 2019 qui fut le plus chaud jamais enregistré dans le monde » :
- Donc, pour le réchauffement climatique, c’est cuit.
- Façon de parler. »

Dans l’avant-propos qu’il signe, Pierre Kroll, diplômé d’une licence en sciences de l’environnement, précise son intention : « Ce n’est pas un livre scientifique ni un pamphlet militant, on en trouve bien assez comme ça. Il n’est inspiré ni par la collapsologie ni par le capitalisme vert, il n’est pas sans gluten ni vegan. C’est un recueil de dessins avant tout ». Autant de dessins mettant en lumière des « signes qui ne trompent pas. »

Aude Raux Grand reporter, membre du Collectif Argos depuis 2005, spécialiste de la problématique du dérèglement du climat, dès le début des années 2000, avec ses reportages sur les réfugiés climatiques publiés notamment dans Lire +

Notes

Des signes qui ne trompent pas. 300 dessins pour le climat de Pierre Kroll (Les Arènes BD, 2019)

Site de l’auteur : pierrekroll.art

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Manifeste pour une école de l’écologie de Thakur S. Powdyel

Ancien ministre de l’Éducation au Bhoutan de 2008 à 2013, Thakur S. Powdyel a été l’initiateur, en 2010, de la réforme...

Moi aussi je médite ! d’Élisabeth Couzon et Charlotte Ribault

« Encore un livre sur la méditation », serait-il légitime de penser à l’annonce de la publication du dernier...

Le lumineux destin d’Alexandra David-Néel de Jean Chalon

On ne présente plus Alexandra David-Néel (1868-1969), ou ADN comme elle se ferait vraisemblablement appeler aujourd’hui. Celle ...