©Shutterstock

Des dangers de l’infobésité

Vous êtes responsable de votre sérénité : diminuez votre dose d’info quotidienne !

Le problème avec les chaînes infos, c’est qu’elles matraquent les esprits en continu, à coup de news plus anxiogènes les unes que les autres. L’accélération du changement climatique et les théories sur l’effondrement qui lui sont liées, la progression du chômage, le VIH contre lequel aucun vaccin n’existe encore après plus de 25 ans de pandémie, l’immigration, la crise économique et les parachutes dorés, les violences faites aux femmes, l’homophobie et le racisme, la violence dans les ghettos de banlieues et le stress généré face à notre impuissance à changer les choses, tout en nous confortant sur notre statut de victime de la vie, renforcent notre sentiment de séparation avec les autres et nos vieux systèmes de pensées et de croyances sur la noirceur du monde et de la nature humaine.

Le bouddhisme lui, enseigne que l’être humain est bon. Fondamentalement bon. Mais encore faut-il accepter de parcourir le chemin qui conduit à découvrir cette bonté fondamentale qui est en nous, et que les maîtres nomment « la nature de Bouddha ».

Quelques personnes, lassées de demeurer dans la fange de leurs pensées conflictuelles et destructrices, s’inspirent de l’exemple du Dalaï-Lama pour piocher au fond d’elles-mêmes les ressources qui leur permettront de s’ouvrir aux autres et à la réalité. Et nous assistons en ce moment à une réelle évolution de paradigme de nos sociétés. Toutes les générations veulent désormais, peu ou prou, développer des actions solidaires, généreuses, en finir avec l’obsolescence programmée des techniques de développement personnel, et se donnent les moyens de trouver le courage d’opter pour des modes de vie tournés vers les autres. Est-ce là une influence du soft power bouddhiste ? L’histoire nous le dira dans quelques années. Ce qui est certain, c’est que comme le dit le Dalaï-Lama : « La compassion chasse et détruit la peur. Laisser la compassion et la bonté croître en nous, c’est leur offrir l’espace occupé auparavant par la peur. Et si la peur disparaît, la confiance et la paix intérieure peuvent alors surgir. Votre esprit est en paix et cela change fondamentalement le regard que vous portez sur les choses ».

Le sourire, symbole du désir de transformation

Au-delà des sphères d’influence des uns et des autres, ce qui importe désormais pour de plus en plus d’individus semble être : agir, en conscience, pour soi et la société, en prenant de plus en plus en compte cette notion d’interdépendance des êtres et des phénomènes, enseignée par le bouddhisme et prouvée par la physique quantique. Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre cette réalité en compte et à comprendre que nos réactions, ce que nous sommes, faisons, ont des répercussions sur les autres, et que nous ne pouvons plus fonctionner de manière inconsidérée. Ce qui est bénéfique pour la société et l’environnement.

« Si nous voulons changer l’avenir de l’humanité, nous devons transmettre des valeurs basées sur la compassion, en développant pour cela un bon cœur et en réalisant notre bonté fondamentale ».
Le Dalaï-Lama

Alors, si vous en doutez encore, essayez à votre tour et efforcez-vous de sourire, même quand vous êtes en peine, angoissé ou avez envie de vous laisser sombrer. Ce modeste sourire, symbole de votre désir de transformation, de progression, ouvrira peu à peu les portes de votre cœur, modifiera votre perception des événements que vous traversez et vous aidera à avancer, dignement, en lien avec les autres et le monde, au lieu de vous laisser terrasser par la douleur. Pour vous y aider, souvenez-vous de ce disait le grand maître bouddhiste Shantidéva : « Si un problème peut être résolu, à quoi bon se faire du souci ? Il n’y a aucune raison de s’énerver ou de déprimer. Et si ce problème est tel que rien ne peut le changer, pourquoi s’en attrister ou le rejeter ? Quoi qu’il arrive, il est inutile de se mettre en colère ou de sombrer dans la déprime ». Enfin, pour modifier en profondeur vos habitudes mentales, regardez moins les news en continu et offrez des vacances à votre cœur et à votre esprit en méditant à la place sur ces mots du Dalaï-Lama : « Si nous voulons changer l’avenir de l’humanité, nous devons transmettre des valeurs basées sur la compassion, en développant pour cela un bon cœur et en réalisant notre bonté fondamentale »

Liker, Partager !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Bangladesh : la tolérance confessionnelle en danger

Tour d’horizon d’un pays autrefois réputé pour son ouverture religieuse et devenu aujourd’hui une véritable poudrière.

Bouddha, le héros de l’Éveil

Retour sur une « affaire religieuse » qui a secoué la Thaïlande.

Pourquoi moins manger de viande selon le bouddhisme ?

Et si nous considérions les animaux comme nos semblables plutôt que comme des denrées alimentaires ?